01/06/2011

Pédophilie: Luc Ferry n'ose pas, Daniel Schneidermann balance

suspicion.jpgPolaroïd, 12 : 50

Luc Ferry n'ose pas, Daniel Schneidermann balance.

Propos hallucinants de l'ancien ministre de la jeunesse et de l'éducation nationale sur le plateau du Grand Journal de Canal+, lundi soir.

Il affirmait qu'un ancien ministre se serait fait ''prendre [dans une partouze] avec des petits garçons à Marrakech''. Il ajoute que ''les plus hautes autorités de l'État », notamment le Premier ministre lui auraient confirmé cette arrestation et la libération en toute discrétion de cet ancien ministre''.

Pourquoi ne donne-t-il pas son nom? Réponse hautement courageuse du philosophe: ''Je ne peux pas sortir son nom (...), je n'ai pas de preuves mais seulement des témoignages. Premièrement, je serais mis en examen, et à coup sûr condamné'' finit-il par déclarer. En clair, sans preuves mais avec des témoignages, que fait-on? On se tait. Bravo.

Daniel Schneidermann aurait livré son nom. Rien pourtant sur le site de l'émission ''Arrêt sur Images'' à 12 : 42.Sauf ici. Est-ce mieux? Pas vraiment.

Livrer une information sans preuves, et sous réserve que le présumé innocent soit innocent, peut ruiner une vie. Se taire? En ruiner d'autres. Reste l'option de contacter la justice. Ce qui revient probablement à passer par la première option. La suspicion. Fatale? Presque toujours.

22/02/2011

La communication hasardeuse de l'Evêché? Ou celles des autres?

casinodice.jpgPolaroïd 12 : 09

La communication hasardeuse de l'Evêché?

C'est la question posée par ma consœur, Patricia Briel, qui publie un article en page 6 du quotidien Le Temps aujourd'hui.

Le Diocèse a-t-il commis ''une erreur de communication majeure'' en diffusant mercredi 9 février un communiqué affirmant que deux nouveaux cas d'abus sexuels avaient été annoncés à l'autorité diocésaine, l'un à Genève, l'autre à Fribourg''?

Je me suis exprimé à de nombreuses reprises sur cette question, je vous invite à lire mes précédents billets.

Je relève, avec intérêt, les propos de Monseigneur Farine qui avoue ''n'avoir pas imaginé un seul instant la chasse médiatique qu'enclencherait son communiqué du 9 février''.

Et je me permettrais de reformuler la question: la communication hasardeuse de l'Evêché? Ou celles des autres?