25/11/2011

La pureté de Lilliane Maury Pasquier

3697-1_1.jpgPolaroïd 18 : 13

Le quotidien Le Courrier s'est lancé dans la thématisation de sa différence, à savoir strico sensu: "Ce journal n'appartient pas à Tamédia". Je ne peux que les féliciter de cette démarche, il faudrait être décérébré pour ne pas soutenir l'idée d'une presse plurielle, d'une diversité des opinions et des regards. Non, ce qui a attiré le mien en seconde page du quotidien de gauche d'aujourd'hui, ce sont les propos de la socialiste Liliane Maury Pasquier.

"Le Courrier n'est ni une feuille de sous, ni une feuille de chou. (...) Il s'achète mais ne vend son âme à aucun grand groupe de presse."

J'invite donc la conseillère aux Etats réélue à ne plus jamais répondre aux questions des "journalistes de grand groupe de presse qui ont vendu leurs âmes". Parce qu'à en croire la présence médiatique de la socialiste à la TSR (SSR SRG Idée Suisse), à la RSR (SSR SRG Idée Suisse), à la presse régionale (Edipresse) et au quotidien gratuit 20minutes (Tamédia), je n'ai jamais eu l'impression que le manque d'âme l'avait dérangée.

J'invite donc l'élue de la chambre haute à se faire réélire dans quatre ans. Sans se corrompre. Ni vendre son âme.