02/10/2011

L'eau noire.

the-shining-3.jpgPolaroïd 23 : 14

L'eau noire, c'est celle qui coule dans ses veines. Obstruées et saturées, elles n'irriguent plus, elles aspirent, elles drainent. Même la lumière cristalline, dit-on, n'a pas d'autres alternatives que de s'engorger dans ses pupilles, pourtant réputées étroites. Etroites et sèches, comme son corps avec pour seules extrémités, quelques os saillants et de longues mains fines mais anguleuses et cabossées. Probablement d'origine porcine, la bête affiche des sourires laiteux de façade lorsqu'il s'agit de carillonner les verres à bulles pour mieux se pourlécher ses chairs violacées lorsqu'il s'agit de mettre à mort. La tâche s'avérera inféconde, il n'accouchera que de quelques crachats et d'égratignures d'ongles jaunâtres. Il inocule et distille ses récits à qui veut les entendre, préfère l'ombre à la confrontation, Lee Harvey Oswald à François Ravaillac, l'insidieux shoot au brutal shot. Il ne tire plus sur les ambulances, il les conduit.

On rêverait de le détester demain. On ne fait que le haïr aujourd'hui.

23:21 Publié dans Rien | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

04/02/2011

L'année bissextile de Roger De Weck

cougar.jpgPolaroïd 16 : 30

Voilà, la RTS a enfin pris position sur le port du voile pour les journalistes.

A la lumière de cette décision, celle de l'interdiction des signes ostentatoires, doit-on comprendre que des journalistes voilées pourront donc travailler dans l'ombre? Sans apparaître à l'écran, sur le terrain, en interview, ou en conférence de presse? Nulle réponse.

En coulisses, certaines voix critiquaient vivement le manque d’anticipation de la SSR sur cette problématique. En l’occurrence, c’est au pied du mur qu’on le distingue le mieux, et c’est bien dommage.

Félicitons tout de même le débat suscité, qu’on soit d’accord ou pas avec cette décision : il aura eu le mérite qu’être évoqué sur la place publique, au café du commerce, dans les rédactions et sur les blogs.

Quant à la ‘’non-décision’’ de Roger De Weck, directeur général de la SSR, elle a l’odeur de la dérobade, l’argument le fumet de la lâcheté.

 

On aurait pu attendre un peu plus de courage de sa part.