26/08/2011

Politiciens, fermez vos braguettes!

pic-1.jpgPolaroïd 00 : 20

J’aime l’éditorial de Sandra Jean, dans Le Matin du 24 août.

Je l’avoue, deux jours de protubérances épidermiques, de fermentation et de masticage intensif de la mandibule auront accouché de ce misérable papier. C’est long. La rédactrice en chef du quotidien orange rappelle à quel point nos politiciens doivent être ‘‘irréprochables’’. Elle a raison, à en croire ceux qui ont franchi la ligne, et surtout quand ils sont valaisans. Le titre est explicite : ‘‘politiciens, fermez vos braguettes’’.

Angle d’attaque ? Quoi qu’il se soit passé dans la suite 2806 d’un Sofitel New-Yorkais, la carrière de DSK est brisée. Selon elle, il ne faut retenir de cette histoire qu’une seule chose : ‘‘c’est que tous ces messieurs surexposés médiatiquement n’ont qu’à bien se tenir et garder leurs attributs bien au chaud’’.

Ce que j’aime encore plus, ce sont les exemples cités par la journaliste et imprimés en page deux du quotidien, à savoir : ‘‘Bill Clinton, Silvio Berlusconi, Arnold Schwarzenegger, j’en passe et des meilleurs’’. Comme si des ‘‘j’en passe et des meilleurs’’ allait assouvir ma soif de curiosité.

Ce que j’aime, c’est que le saxophoniste continue à dispenser ses conférences dans le monde entier, rémunérées grassement ;  que le Cavaliere, jusqu’à preuve du contraire, est toujours président du Conseil, détenant le record de longévité sous la République italienne ; et qu’enfin, l’ex gouverneur-cyborg traîne toujours son endosquelette à Genève pour promouvoir son association factice ‘‘R20’’.

Ce que j’aime, c’est que Nassifatou Diallo sera toujours suspectée d’avoir menti ou d'avoir fomenté un guet-apens. Au mieux, elle touchera des billets verts. Ce que j’aime, c’est qu’il n’est pas sûr que la carrière de l’ex directeur du FMI ne soit enterrée, au pire, écartée de la ligne droite.

Ce que j’aime enfin chez Sandra Jean, et aussi sordide que cela puisse paraître, c’est qu'elle pense qu'ouvrir des braguettes, referme des portes. A en croire les ''politiciens'' auxquels elle fait référence, surveiller sa braguette n'est défintivement qu'une option, pas une porte close.

 

22/08/2011

Ziegler est-il devenu ''fou''?

keyimg20080327_8901549_0.jpgPolaroïd 20 :14

Jean Ziegler était l'invité du 19:30 ce soir. Interviewé par Darius Rochebin, le sociologue a raconté sa visite du bunker du guide de la révolution libyenne, en précisant subtilement qu'il avait été invité par Mouammar Kadhafi ''avant qu'il ne soit fou''. Habile usage de la langue, ''tactique de dédouanement'' diront d'autres. Quelques minutes plus tard, le journaliste lui demandera s'il exprime des regrets aujourd'hui. Après un long silence expiatoire, l'homme de gauche s'excusera alors ''de lui avoir serré la main'', un jour.

J'aurais rêvé de demander à Jean Ziegler à quelle date Mouammar Kadhafi serait devenu fou? Après Lockerbie? Après le vol 772 au-dessus du Niger? Après les infirmières bulgares? Après Max et Rachid?

Si le leader libyen est devenu fou cette année, alors les excuses de Jean Ziegler sont acceptées.

10/06/2011

Mégaphone ou 70 minutes rafraîchissantes

lrg_bugle_megaphone.jpgPolaroïd 12 : 29

Mégaphone, c'est le nom de la nouvelle émission de la TSR où les ‘’citoyens’’ interpellent les politiques. Le concept n’est, de loin, pas nouveau, mais reste passionnant.

Cinq conseillers nationaux (Géraldine Savary, Oskar Freysinger, Christophe Darbellay, Isabelle Moret, Antonio Hodgers) face à cinq romands, sélectionnés avec intelligence. Des questions simples, celles qu’un jour ou l’autre, la plupart d’entre nous se sont posées. Des hésitations charmantes dans leur formulation, mais qui ont le mérite de sonner juste.

Moins de hargne également du côté des réponses, on ne répartit pas de la même manière à un électeur qu’à un ennemi politique.

Bien loin du champ de guerre qu’est l’émission Infrarouge, septante minutes de Mégaphone sont apparues mercredi soir comme rafraîchissantes.