20/06/2011

Pas de ‘‘Flottille de la liberté II’’ pour nos trois Conseillers Nationaux.

henri-riviere.jpgPolaroïd 18 : 07

Carlo Sommaruga (PS), Jean-Charles Rielle (PS) et Josef Zisyadis (POP) ne partiront finalement pas sur la ‘‘Freedom Flotilla II’’ ou ‘‘Flottille de la liberté II’’. ‘‘Problèmes d’agendas’’ sont les raisons invoquées par les trois Conseillers Nationaux.

Par ailleurs, selon Anouar Gharbi, le président de l'association Droit pour tous, à Genève, le chanteur Michel Bühler, lui aussi invité, ne pourra pas y participer, pour cause de concert.

Anouar Gharbi sera notre invité, demain mardi 21 juin sur notre antenne, 7h12, pour réagir à ces défections.

 

11/06/2011

Sommaruga, Rielle et Zysiadis ou l’art de faire du bateau

shapeimage_1.jpgPolaroïd 23 : 28

Je sais, je me faire insulter. Mais je me réjouis de les entendre sur ce sujet.

Pour tout vous avouer, je ne suis ni pro ni anti palestinien. Pour tout vous avouer encore, je n’y ai jamais foutu un seul de mes pieds. Un peu plus du côté de la frontière libano-israélienne. Un peu plus du côté israélo-libanais. Y compris dans les camps palestiniens.

Enfin, pour tout vous avouer, je me pose beaucoup de questions quant à cette flottille poétiquement intitulée ‘’Freedom Flottilla II’’, escapade humanitaire composée, à ce jour, de 20 bateaux représentant 20 pays.

Qu’on souhaite ‘’libérer’’ la Palestine, que ses affinités avec les choix du gouvernement israélien se rapprochent de zéro, ne me posent aucuns problèmes. On est encore libre de défendre les causes qu’on veut, y compris celle de vouloir faire du bateau ou de vouloir cesser de rembourser le dépistage du cancer du sein pour les femmes. On s’en fout, on nous rembourse le dépistage du cancer de la prostate.

Revenons à nos moutons blancs.

Si j’ai bien compris, parmi les moussaillons de cette flottille helvétique: quelques conseillers nationaux, à savoir Joseph Zysiadis (POP), Carlo Sommaruga (PS) et Jean-Charles Rielle (PS). On l’aura bien compris, le geste est symbolique. 4'000 tonnes d’aides humanitaires ne sauveront pas le peuple palestinien des misères qu’il endure. ‘’Pourquoi ? Comment ?’’ n’est pas le sujet de ce présent billet. Leur but ? Dénoncer le blocus de Gaza et réaffirmer la souveraineté des palestiniens sur leurs territoires. D’accord.

Vous me direz : ‘’c’est mieux que rien’’. Je vous l’accorderai sans concessions. Non, ce qui me dérange, c’est la présence de nos trois conseillers nationaux. C’est vrai, à titre individuel, ils sont encore libres de défendre n’importe quelles causes. C’est vrai également, on peut, tout à fait, aussi symboliquement expulser une fois par année ou deux, notre indignation.

C’est juste que j’ai beaucoup de peine, en général, avec les gens qui défendent 160'000 causes par année. Comment peut-on sauver la Palestine et, dans le même créneau horaire, voter la sortie du nucléaire, le droit de recours, et les bilatérales III ?  Soit on s’engage pour ‘’libérer la Palestine’’ (comme si le conflit israélo-palestinien se résumait à cela) et on arrête de siéger à Berne, soit on s’occupe de ce pourquoi on a été élu.

De un, je pense sincèrement, et s'il s'agit du but, qu’il y a beaucoup mieux à faire pour aider le peuple palestinien, ou la pacification israélo-palestinienne. A Genève, terre d'accueil de l'ONU et au parlement, par exemple. De deux, l’activité qui consiste à monter sur un bateau frôle l’opportunisme politique. Mais, je réitère: je me réjouis de les entendre sur ce sujet.