01/04/2012

La stratégie de l'échec

pic.jpgPolaroïd 23 : 43

Difficile de suivre les propos de Fathi Derder ce soir sur la RTS.

L'UDC? "On en parle trop", vitupère le libéral-radical qui salive pourtant l'essentiel de l'interview à l'évoquer. "Quitte à perdre des voix?", questionne la journaliste. "Oui", rétorque le conseiller national. "Il ne fallait pas présenter un UDC qui exclut", commente Fathi Derder. La machine est lancée: "Constat d'échec, échec de la stratégie ou encore constat d'échec de la stratégie". L'auditeur aura compris: la droite s'est plantée aujourd'hui.

La défaite? Le prédicateur Fathi Derder le savait: "Cela fait douze mois que je le dis", expulse-t-il. "Lui qui ne fréquente même pas ses propres assemblées", rétorque Claude-Alain Voiblet. "J'avais un énorme dossier à défendre, celui de la révision de la loi sur la recherche. Quand on est élu à Berne, il n'est pas nécessaire de toujours vouloir mettre son grain de sel dans une politique cantonale", répond l'ancien journaliste. L'échange est piquant.

Pour autant, Fathi Derder s'engonce dans le paradoxe quand il souhaite que son parti ne s'acoquine plus à l'UDC, quand il promeut la fierté de revendiquer d'appartenir à une droite "libérale et humaniste". Pourquoi? Parce que le PLR ne peut que difficilement gagner sans l'UDC. "Qu'importe, répond Fathi Derder. Je ne fais pas de la politique pour être réélu", dit-il.

Chapeau bas. Que Fathi Derder s'en fiche d'être réélu, peut se défendre. Mais son parti, lui s'en fiche-t-il? Pas sûr. Mais je dois me tromper. On ne fait pas de la politique pour gagner.

24/02/2011

Le 69 de Fathi Derder

pic.jpgPolaroïd 19 : 39

Le 69 de Fathi Derder

Un retour au ''libéralisme humaniste'', a-t-il déclaré ce soir sur le plateau de Genève à Chaud sur Léman Bleu. C'est le voeu pieux de l'ex-journaliste. Le désir est ailleurs: le Conseil des Etats et le Conseil national. C'est vrai, deux chambres valent toujours mieux qu'une. Plus sexy aussi, les positions peuvent varier, même si on suspecte le sourire aux dents peroxydés d'être vertical.

L'homme doit probablement déranger le rupestre pays vaudois. Ceux qui attendent leur tour, mains dans des poches faute d'afficher au grand jour leur rigidité, au coin d'une ruelle aux néons blafards. La callosité est persistante.

Les filles sont jolies, mais pas autant qu'elle. Grognements et bougonnements finiront par expulser des volutes d'haleines fétides.

Ils auraient préféré le 66, il faudra se résigner au 69.

Date à laquelle le Sozialdemokratische Partei Deutschlands accepta la proposition du Freie Demokratische Partei évidemment.