29/03/2011

La sécheresse humide des sushis

secheresse300 - copie.gifBillet d'Humeur, Radio Cité Genève, 29 mars 2011

Hier à la même heure et ici même, derrière ce micro, je m’évertuais à cacher mon manque d’inspiration derrière un portrait des candidats au Conseil administratif. A croire que moi aussi, je devrais sérieusement, comme Isabel Rochat, songer à engager une boîte de communication pour écrire mes éditos. N’ayant de loin pas son salaire, même si je m’adonne corps et âme à quémander une augmentation, comme ces affreux roms que Pierre Maudet veut chasser des terrasses, je dois me résoudre à les écrire moi-même.

Prostitué de l’onde, ma seule source de réconfort fût un message sibyllin, posté sur mon blog par Florence Kraft-Babel. Autant réconfortant que si Pascal Décaillet m’avait récité, de mémoire, des vers indigestes d’Henry Michaux, ou que si, Roger de Weck m’avait invité à une séance de tir à l’arc, sans lunettes de visée.

Hier après-midi, l’inspiration n’était toujours pas revenue. L’actualité était au point mort, à part un fribourgeois qui enterre ses maîtresses dans des bois, des jumelles introuvables et quelques sushis radioactifs, point de substance érogène pour nourrir son homme. Vite, il fait fallait pallier à cette sécheresse temporaire d’inspiration.

Pas un petit scandale à se mettre sous la dent, Eric Bertinat s’occupe déjà des francs-maçons et des pacsés inféconds. Nul trace dans le budget 2011 de l’Etat, des coûts de fonctionnements de l’Office des Droits Humains, si ce n’est qu’un seul directeur pourrait remplacer tous les autres. Enfin plus de villas louées 150 francs le mois ! Ne restait alors que des jeunes adolescents poignardés à la sortie des boîtes de nuits et de quelques tomahawks lancés ‘’chirurgicalement’’ Madame ! sur des amateurs de chèvres et de thé sucré, dont les médias commencent à s’en lasser.

Bon c’est vrai, j’aurais pu m’en prendre à nouveau à Guy Mettan qui confond ‘’Club Suisse de la Presse’’ avec ‘’Club Suisse de Guy Mettan’’, revenir sur ce fantastique site internet de notre Mairesse, Sandrine Salerno, site ‘’qui n’est en aucun cas un site électoraliste’’, ou encore sur le prix de la campagne de Michel Chevrolet, qui nous livrera bientôt, en toute franchise, ‘’j’vous le jure, Monsieur le juge’’, ses heureux bienfaiteurs.

Alors non, point d’acharnement ce matin. Je dois me résigner à constater qu’on n’a rien à dire lorsqu’on ne vit rien. Et de conclure qu’à force de ne rien vivre, on meurt.

22/02/2011

Poursuivons Eric Stauffer pour outrage à dictateur!

newsmlmmd.9ed76e1cebd102ed927f3cf95dce9971.7412_le-colonel-mouammar-kadhafi---dakar--au-senegal--lb.jpgPolaroïd 12 : 33

Article 296 du code pénal: outrage aux États Étrangers.

Il est bon de rappeler avec quel empressement le Conseil d'État genevois ainsi que les autorités suisses s'étaient emparés du dossier des affiches MCG, en poursuivant Eric Stauffer et en ordonnant le retrait du portrait de Mouammar Kadhafi des affiches de campagne.

C'est vrai. Saint-François avait raison.

Un tyran sur une affiche du MCG, quel mauvais goût!

Continuons donc à poursuivre Eric S. pour outrage à dictateur!

24/01/2011

Séparer le bon grain de l'ivraie

vent-rafale.jpgBillet d'humeur, Radio Cité Genève, 24 janvier 2011

Séparer le bon grain de l'ivraie

Pour écrire un bon article, quelques règles élémentaires suffisent à transformer un torchon en serviette, un sujet banal en une source inépuisable de discussion.

Préférez le fait divers à tout autre sujet : l’émotionnel, mis à part l’argent, est le meilleur moyen de communication.

Ajoutez-y une composante tragique (un enfant de 8 ans victime d’une luge maléfique, un chien démoniaque dévoreur de nouveaux-nés ou un chauffard-taulard aviné), vous pouvez être sûr que certains partis politiques se chargeront de récupérer le dossier. On peut d’ailleurs s’étonner à ce propos, qu’aucune loi concernant la pratique de la luge n’ai surgit du législatif vaudois.

Si votre victime a la chance d’appartenir à une minorité ethnique, n’hésitez pas à mettre l’accent sur ce détail : un Mastiff ou un Rottweiler dévoreur de nouveaux-nés bulgare est à préférer à un berger allemand. Mieux encore, ajoutez-y une composante religieuse, une pratique sexuelle déviante, un âge avancé, ou encore une maladie incurable, vous pouvez être sûr que votre article sera parmi les plus commentés.

A ce propos, vous avez peut-être pu le constater, les médias auront préféré une ancienne déportée expulsée de son appartement à 91 ans aux dizaines d’autres dans la même situation. Et comme on les comprend !

Vous l’aurez saisi également, le nombre de morts n’est pas déterminant. Des centaines de brésiliens enfouis sous des tonnes de boue, n’intéressent pas plus, pas moins qu’un tunisien immolé par le feu.

Soyez donc vigilants à tout crash d’avion : 167 passagers tués sur un vol d’une compagnie kazakh valent autant qu’un pied dans le plâtre d’un passager suisse à la descente d’un vol Easyjet. A noter que si le dit passager est infirme, vous choisirez l’handicap le plus lourd au plus léger. Sauf si, bien évidemment ce dernier est également copte, musulman ou catholique pratiquant.

Evitez, par ailleurs, les sujets les plus complexes. Remplacez la péréquation intercantonale par ‘’Berne s’attaque à notre porte-monnaie’’. N’hésitez pas, non plus, à substituer ‘’Genève manque de médecins’’ par ‘’les Hôpitaux genevois recrutent en Pologne’’. Enfin préférez le candidat politique qui s’exprime sur tout et n’importe quoi, à celui qui aurait machiavéliquement bûché sur un véritable programme.

Voilà, vous êtes presque prêt, vous aussi, à devenir journaliste. Dernier conseil : n’hésitez pas à faire intervenir des animaux dans votre sujet. Un suicide qui laissera derrière lui un animal de compagnie orphelin est à préférer à un autre qui ne laissera qu’une veuve. Là encore, soyez vigilants, il se peut bien que cette dame soit atteinte d’Amyotrophie spinale proximale de type 1, auquel cas, il vous faudra changer votre fusil d’épaule.

Sauf si l’acte a été commis par une arme militaire, bien évidemment.

20/01/2011

La conquête

images.jpegBillet d'humeur Radio Cité Genève, 20 janvier 2011

Le Mouvement Citoyens Genevois, citoyens au pluriel, est un parti politique magnanime.

Après s’être occupé des dealers, des mendiants, des frontaliers, des impôts, des SIG, de l’avenir du château de Penthes, d’un Conseiller National fraudeur de bulletins, du temps de parole dans un parlement, des députés qui fument des clopes dans l’enceinte du Grand Conseil (oui, oui) comme de vilains garnements, le MCG, dont l’appétit était encore tenace, a décidé de créer le Mouvement Citoyens Romand. L’animal politique, n’étant pas repu, ne décidera pas, à ma plus grande stupeur, de fonder le Mouvement Citoyens Helvétique.

‘’Tu vois, Olivier ? (oui, Eric Stauffer aime bien tutoyer le journaliste), tu vois Olivier : la Suisse est bien trop petite pour mes ambitions’’. Et contre toute attente, le leader du parti ‘’ni gauche, ni droite’’ ne me mentait pas ! J’aurais dû le pressentir, c’est vrai. Eric Stauffer, dont l'existence d'un réel flair politique n’est plus une rumeur, savait qu’un jour (le territoire genevois étant bien trop exigu) qu’il aurait à exporter ses idées ailleurs.

Et voilà comment son plan machiavélique fut développé. Pour les besoins de la présente démonstration, nous prénommerons le leader du Mouvement Citoyen désormais Mondial : Starsky.

1. S’entourer de collaborateurs compétents. Starsky fit appel à un vénérable notable genevois. Jamais condamné, sauf peut-être pour avoir récité des poèmes un peu coquins à une dulcinée un peu récalcitrante. Son nom de code : Huggy les bons tuyaux. Profession : tenancier de bar.

2. S’entourer de collaborateurs honnêtes. Starsky fit appel à un justicier, d’origine plutôt bourgeoise, une bonne éducation, on dit de lui qu’il sait jouer de plusieurs instruments de musique. Wikipédia ne nous dit pas si c’est la flûte ou la contrebasse. Nom de code : Richard Hutchinson. Profession : avocat.

Enfin 3ème point : conquérir le MONDE !

Starsky commença par s’échauffer avec un gardien de chèvres, accompagné d’une infirmière blonde au torse bombé. Il exigea purement et simplement que le bédouin mal rasé soit déclaré ‘’persona non grata’’. Il déposera à cet effet une interpellation urgente pour interdire toute plantation de tentes sur le territoire helvétique. Les glandes salivaires continuant à expulser leur précieux fluide, Starsky, accompagné de Hutch cette fois-ci, décida de s’attaquer à beaucoup plus fort : le président tunisien Ben Ali.

On l'apprenait lundi dernier, Starsky et Hutch déposent une demande de «mesures urgentes» afin que les fonds de l'ex-président tunisien soient bloqués. Jusque là, merveilleuse initiative de compassion envers le peuple tunisien. ‘’Bravo les gars ! ‘’ hurlera Huggy les bons tuyaux, tout en poursuivant l’essuyage à la main, d’un verre sorti tout droit de l’évier. Ah non. Erreur! Starsky et Hutch motivent cette démarche, je cite, car «il ont cœur de sauvegarder l'image de la Suisse, qui a beaucoup souffert suite à l'affaire Kadhafi». Quel ne fût pas mon étonnement, à voir autant de patriotisme, de bravoure à vouloir nettoyer cette vilaine poussière qui tâche quotidiennement notre drapeau rouge à croix blanche.

Dès lors, je pris ma plume pour leur faire parvenir cette petite requête :

Très Chers Messieurs les justiciers. Je vous implore aujourd’hui au nom de tous les genevois.

Au nombre de dictatures existantes, de fraudeurs fiscaux et autres bandits qui salissent notre pays, comptez-vous également déposer toute une série de mesures urgentes? Parce que, pour le coup, la Suisse doit être très, très sale. Et le Mouvement Citoyens Mondial? Très, très opportuniste.

17/01/2011

En janvier, mieux vaut voir le loup dans les champs, qu'un Xavier dénudé

Xavier.jpgÉditorial Radio Cité Genève, 17 janvier 2011

Quelle délicieuse période de l’année qu’est le mois de janvier. Janvier, premier mois de l’année annonciateur de caresses solaires plus sensuelles, de températures plus douces, de quoi donner des envies de se déshabiller et d’exhiber son corps, tantôt poilu tantôt imberbe, d’exposer au soleil sa chaire chaude sur une glaciale affiche de campagne politique en noir et blanc. Campagne contre l’initiative ‘’pour la protection face à la violence des armes’’.

Je parle bien évidemment de ce jeune éphèbe, qui dès son plus jeune âge, échangera son costume d’écolier contre une combinaison de camouflage ; de cet adonis qui préférera la tactique militaire au jeu de l’oie, et qui finira par troquer son compas et sa gomme contre un masque à gaz et un Fass 90.

Son nom : Xavier Schwitzguébel. Son parti : l’UDC. Son âge : jeune. Son orientation : la droite, bien qu’à constater les réactions à la vue de la dite affiche chez ces demoiselles et chez certains hommes confus, on pourrait presque en douter.

On dit de lui qu’il fait preuve de courage en s’affichant dans cet accoutrement d’Adam, je dis que le président des jeunes UDC ne l’est pas : il chérit bien trop le regard des autres sur ses membres tendus pour faire preuve de hardiesse.

On aurait souhaité que le parti socialiste genevois fasse preuve également de témérité. Je vous rappelle que eux aussi, se sont lancés corps et âmes, ce samedi, en jouant les victimes d’armes à feu sur la place du Molard.

Imaginez un Romain De Sainte Marie, tout nu à même le pavé, même si on aurait préféré Olga Baranova allongée sur une de ces fameuses pierres lumineuses qui disent ‘’bienvenue’’ en neuf langues.

Avec un peu de chance, Michel Chevrolet, lui-aussi, bien que son parti ne défende pas cette initiative, aurait pu, suite à un retour contre son gré d’Argentine, se dévêtir pour afficher ses marques de bronzage et rappeler, au passage, que Genève est une ville morte. Sur un air d’ ‘’Adios Nonino’’ d’Astor Piazolla, interprété par la non moins talentueuse Florence Kraft Babel, le candidat au poste de sérénissime Maire de Genève se serait probablement épris d’une danse en fauteuil roulant avec son concurrent le plus farouche, j’ai dénommé : Sami Kanaan.

Dans l’ombre, deux hommes, Patrice Mugny et Murat Alder auraient certainement jugé avec sévérité cet étalage de chaires, de courbes et d’odeurs. Le premier aurait hurlé au ‘’politiquement incorrect’’, le second, amateur de hard-rock, les aurait sûrement traités de ‘’franchouillards’’.

Ah, le mois de janvier. Période prometteuse, les jupes ne raccourcissent pas encore, mais les nuques se voient dégagées, le chien de Manuel Tornare jubile : il peut enfin retirer cet horrible manteau écossais que son propriétaire lui aura imposé.

Période prolifique : Marine Le Pen pointe son majeur en direction d’Ueli Maurer en lui rappelant, avec ce sourire qui fait tout son charme, que les femmes, même borgnes, savent très bien se servir d’une arme. Période féconde aussi, Bernard Rappaz se remet à l’agriculture biologique, le râteau tenu par un moustachu genevois.

Enfin période mutine, tous les partis politiques genevois lancent des initiatives : les libéraux exigent, manu militari, le retour du ‘’blackberry’’ chez les policiers genevois, bien plus classe que l’Iphone, le PDC souhaite l’installation de caméras de vidéo-surveillance à la sortie des boîtes de nuits, pour protéger ses élus d'une confrontation avinée ou d'une relation sexuelle contrainte, le MCG veut obliger les députés à chanter le ‘’Cé qu'è lainô’’, mains sur le cœur, en préambule aux réunions du Grand Conseil, les Socialistes instaurent des clowns de rue municipaux pour rassurer la population, le parti Radical réintroduit le châtiment corporel intrusif dans les écoles enfantines, enfin l’UDC annonce le recrutement de gardes à cheval pour surveiller nos frontières.

 

Comprenne qui pourra: ''Au mois de janvier, mieux vaut voir le loup dans les champs, qu'un Xavier dénudé''.

16/12/2010

Lettres ouvertes au Père Noël

Ihave.jpgBillet d'humeur, Radio Cité, 16 décembre 2010

Lettres ouvertes au Père Noël.

Oui, nous avons reçu, à notre rédaction, de multiples courriers d’enfants, élevés dans le doux berceau du catholicisme, ou pour d’autres dans la luxure la plus totale du consumérisme.

Nous vous livrons donc quelques extraits de leurs plus chers requêtes aujourd’hui.

Le petit Tom de Bardonnex nous demande si son album Panini du mondial 2022 sera complet.

Ne t’inquiète pas, Tom, les joueurs homosexuels seront effectivement biffés de ton album, mais sois rassuré: tu auras l’équipe du Quatar, et de l’Iran au complet!

Luc, des Acacias nous demande si Michel Chevrolet est toujours directeur de Léman Bleu, il pense déjà à sa future carrière de journaliste, c’est bien!

Sois rassuré également Luc. Oui, rien n’a changé à Léman Bleu, l’ex-directeur de la chaîne continue à commenter les résultats financiers, c’est bon signe. Toi aussi, tu pourras faire ton stage là-bas, même les salaires n’ont pas changé, 125 francs mensuels te suffiront aisément à offrir des cadeaux à ta future petite amie ou à ton futur petit ami.

Virginie, de Chancy, nous demande l’adresse du coiffeur de Michelle Künzler, Conseillère d'État en charge du département des crustacés et des batraciens. Virginie, je vais devoir te décevoir: elle n’a pas de coiffeur. Je te conseille donc la bonne vieille technique du bol et des ciseaux.

Une autre fille, Carole de Cologny nous demande si elle aussi, pourra devenir chancelière de la République.

Bien sûr Carole, tu le peux toi aussi. Surtout, par pitié, ne deviens pas moche, sois propre sur toi même, n’hésite pas à abuser du Rouge Allure Laqué numéro 4 de Chanel, et enfin, si par malheur, ton physique devenait déplaisant, tu peux toujours te payer une opération chirurgicale afin de changer de sexe et t’acheter une vieille perruque Louis XIV.

Le costaud Benoît, de Ferney Voltaire, nous demande: à quand, enfin de la fraternité avec ses petits copains d’école de Meyrin?

Benoît, écoute. Ça, ça va être plus compliqué. Quand tu seras grand, Eric Stauffer sera Maire de Genève, il accueillera Sarah Palin, présidente des États-Unis, sur le tarmac de l’aéroport. Alors tu vois, tout va changer sauf ça: frontalier d’accord, mais genevois d’abord. Désolé Benoît. Désolé.

La fébrile Céline, de Puplinge nous demande si elle a des chances d’avoir comme amoureux Pascal Décaillet.

Céline pas facile ta question. Bon d’abord, intéresse toi aux religions: dans l'ordre, christianisme, judaïsme, islam. Demande à tes parents de t’acheter la collection complète de la Pléiade, apprend à réciter des vers homériques, enfin dernier point capital: si tu veux conclure, prétend que tu es une fan de De Gaulle, n’hésite pas non plus à placer du latin dans n’importe quelle phrase, style: je vais aux toilettes Ad Nauseam, ou peux-tu me passer le sel, s’il te plaît mais Ex Ante j’aurais préféré que le serveur le fasse Motu Proprio!

Enfin dernière lettre aujourd’hui, le brillant Olivier des Eaux-Vives nous demande si la vie vaut la peine d’être vécue.

Alors Olivier. Encore moins facile ta question. Et bien. Essaie. Essaie fort, essaie un peu. Essaie comme tu peux. Fais des erreurs, doute, crois, espère, désillusionne-toi, demande une augmentation, prie, tombe amoureux, sois pitoyable, ment, dis ce que tu ressens, oublie, désire, regrette, espère.

Évite juste d'avoir à  te dire un jour: ''zut je suis devenu comme ceux que j'ai toujours détesté''.

Joyeux Noël. A tous. Et aux autres aussi.

01/12/2010

WalpurgisNacht

Wal.jpgWalpurgisNacht ou la Nuit des Sorcières, Radio Cité, 01.12.10

Une fois n’est pas coutume et je me dois de m’en délecter, comme on se délecte d’un bon coup de martinet : deux emails et un appel téléphonique ont suivi notre émission d’hier matin. Autant de subtils compliments, d’aimables louanges et d’éloges avaient réussi à réchauffer ce cœur, pourtant si nécrosé en ces frimas automnaux. Un vrai régal, en tous les cas, de quoi ouvrir l’appétit et de faire saliver tout orifice buccal normalement constitué.

Le premier compliment avait pour but de me rappeler à quel point mon patronyme sentait le camembert, et au passage de me délivrer une mission : celle de retourner en France.

Le deuxième était incompréhensible, même s’il semblerait que l’invitation de la fille du Diable en personne sur notre antenne, j’ai nommé Marine Le Pen, soit le sujet de discorde.

Enfin, le dernier pour me confier une autre mission : celle de passer plusieurs mois dans des cités à faire une enquête, je cite ‘’où il y a, à manger de l’info’’. But de la mission : ‘’devenir pertinent, efficace, intègre et bourré d’éthique’’. Toujours selon la même personne, il conclura par un ‘’ Vive l’Europe des Peuples, à bas la balkanisation de l’Europe! ‘’.

En résumé : la première mission qui consiste à enfourcher mon balai pour retourner dans mon pays, et la troisième qui consiste à participer à l’émission ‘’vis ma vie dans le 93’’ sont totalement compatibles. Quant à la deuxième, de ne plus inviter Marine Le Pen ? Promis ! Le message est passé à la rédaction : aucuns membres de la famille Le Pen, plus d’extrémistes, plus d’UDC, plus de libéraux déguisés en démocrates-chrétiens, silence radio !

Enfin le plus simple, c’est de m'envoyer votre propre liste d’invités autorisés, et on réenregistrera le slogan de la radio : ‘’Radio Cité, c’est nous qui parlons, c’est vous qui la faites’’.

Dès lors que ces affaires courantes ont été réglées, et si je vous ai bien compris, Monsieur R. (pour autant que vous n’ayez pas mis vos menaces à exécution, celle du boycott pur et simple de cette antenne), Cher Monsieur R., ne reste plus qu’à ma modeste personne de changer de nom de famille, puisque son homonymie avec un pays que vous ne semblez pas apprécier, la France, vous agace. C’est tout choisi, je m’appellerai désormais Olivier Suisse.

- Olivier Suisse, c’est son nom ?

- Non, son nom, c’est Olivier Francey, mais il a pris un pseudonyme.

- Mais il est français alors ?

- Non il est suisse !

- Mais alors pourquoi tu me dis qu’Olivier Suisse, c’est un pseudonyme !?!?

- Mais parce qu’il s’appelle Olivier Francey !!!

- Mais alors il est français !

- Non, il est suisse!

 

Sans vous rappeler une réplique de Weber. Un certain dîner. Reste à savoir aujourd’hui qui est l’invité!

La chasse aux Sorcières, elle, en tous les cas, a débuté!

28/09/2010

L'avocation

Verlaine.jpgÉditorial Radio Cité 28 septembre 2010

Daniel Zappelli. Ou Daniel Zappelli. (prononcé à l’italienne) puisque vous n’êtes pas sans savoir que notre sérénissime procureur de la République de Genève, est d’origine italienne par son père.

Je vous entends déjà, amis xénophobes. Point de tressaillement! Nul besoin de s’affoler ici ni de brandir la menace d’une invasion d’hirondelles ou de piaffes, puisque notre excellence est aussi suisse que l’est Valérie Garbani. Le premier originaire de Noville dans le canton de Vaud, la seconde d’une petite ville du Tessin.

Tous les deux sont avocats. Tous les deux résident désormais à Genève. Le couple aurait pu se former, si ce n’était les quelques détails qui les séparent : l’un est radical, parti politique en voie d’extinction, l’autre socialiste, parti également en voie d’extinction au Conseil Fédéral. D’autre part, le Roi adore les Penne à rien, la Reine les Penne à la vodka.

Ne souhaitant pas être accusé de crime de lèse-majesté, appelé aujourd’hui « offense au chef de l’Etat », comme un « Ah non touche moi pas, tu me salis », je resterai donc de bonne foi, ayant bien trop peur d’une réplique cinglante de type : « casse-toi pauvre con ».

Je resterai donc de bonne foi, rappelant au passage que notre souverain n’a de yeux que pour une seule femme, la sienne. Une femme à laquelle il tient comme à la prunelle de ses yeux, notre valeureux justicier n’aura pas hésité à pourchasser de vils scélérats dans les rues de Barcelone qui avaient tenté de pénétrer… le véhicule familial. Au final, notre héros les aura rattrapé. Hop, pas même essoufflé, ni même une seule petite égratignure ni de clavicule cassé. Direction case prison.

Je resterai donc de bonne foi, puisque comme moi, Notre éminence la possède aussi : la foi. Preuve à l’appui, votre Honneur, le 11 avril 2002, Daniel Zappelli répondait à un journaliste du Courrier, preuve que sa Magnificence n’en a cure des querelles de chapelles ou d’appartenance politique.

A la question : qu’est-ce qui vous pousse à briguer la place de procureur général? Alors juge au tribunal de première instance, Daniel Zappelli délivrera ces mots : la vocation.

C’est la larme à l’œil que je relis aujourd’hui la biographie de notre Excellence, paru aux éditions Labor et Fides (? protestant?), ouvrage relié et papier grammé, et presque autant de pages que l'incomestible roman de la BCGE.

C’est en toute bonne foi, en mon âme et conscience que je n’évoquerais pas les attaques à hauteur de caniveau dont notre Président est victime.

C’est en toute bonne foi, que chaque soir, le cierge brûlera pour que cette ingrate taupe du palais de justice soit écartelée vivante, pour avoir divulgué d’horribles photos d’une arrestation d’un honnête homme.

Enfin c’est en toute bonne foi que les Pater Noster, les Angelus et autres «je vous salue Marie» seront récités quotidiennement pour que cesse enfin le harcèlement dont il êtes victime.

«Un procureur averti, en vaut deux» disait l’adage.

L'avertissement étant passé, Votre serviteur peut s'en aller.

 

Au vent mauvais

qui m'emporte
deçà,delà

pareil à la feuille morte.

 

13/09/2010

De droite

chabrol.jpgÉditorial Radio Cité Genève, 13 septembre 2010

 

Éditorial de droite. Devrais-je rajouter: abordable! Que je dédie à Claude Chabrol, cinéaste français dont l'amitié avec la bourgeoisie était connue pour être solide.

On m’a dit: trop à gauche. On m’a chuchoté: trop compliqué... les auditeurs risquent de se perdre. On m’a dit: sois proche des gens. On m’a encore susurré : ne sois pas moralisant.

Les critiques ont été ingérées, digérées à grand renfort de spasmolytiques puis régurgitées, aujourd'hui sous la forme d'un édito de Droite: il sera donc simple, efficace, proche des gens, syntaxiquement, grammaticalement et sémantiquement pauvre, et enfin, dernier point: pas question de culpabiliser qui que ce soit, la morale sera donc absente de cet éditorial.

Un éditorial simple comme un communiqué de presse MCG, efficace comme Boris, le raton-laveur-débarrasseur-de-vos-vieux-meubles-inutiles, proche des gens comme François Longchamp lorsqu'il a fallu se prononcer sur la prolongation des indemnités chômage. Syntaxiquement, grammaticalement et sémantiquement pauvre comme un slogan: «je VEUX, je REVE, faisons Genève»! Enfin, aucune morale, comme une racaille d'Annemasse, ou encore, lorsqu'il a fallu copier l'intégral de Parsifal de Wagner, 4 heures de musique protégée par des droits d'auteurs pour une certaine élue, politique bien-sûr, du nom d'Isabel.

Vous n'êtes pas sans savoir que Mark Muller est l'invité aujourd'hui de Radio Cité, sous le titre un peu pompeux, je vous l'accorde, du Grand Entretien! 12 minutes. En tant qu'imberbe éditorialiste de droite, aujourd'hui, j'ai le devoir de parler positivement du Conseiller d'État en charge des constructions.

Mark Muller a deux problèmes dans la vie. Sa timidité et les chantiers.

Une timidité qui peut le faire passer parfois pour un être froid, distant. Pourtant c'est tout le contraire. Mark Muller est un sacré bout-en-train, un rigolo. A côté de lui, même Michel Chevrolet passe pour quelqu'un qui viendrait de perdre son chien.

Les constructions. Mark Muller sait faire la paix, du logement. Avec lui, les immeubles ont été surélevés et même à Champel détrompez-vous. L'homme réunit, négocie, rassemble et trouve des compromis.

Alors oui, la population grogne comme un vieux chien abandonné à la SPA. Rassurez-vous, l'euthanasie est proche. Pas assez de nouveaux logements: toujours des blocages, les riches promoteurs – spéculateurs profitent de la situation, il est impossible de déclasser des terrains, ou encore, c'est la faute à Grobet.

Pourtant la vérité est ailleurs. Aurai-je dû dire: la volonté est ailleurs et elle devrait être au Grand Conseil.

En clair, leur faute. En clair, ce dont Genève a besoin. C'est un mouvement politique, ni gauche ni droite, ni le reste, qui encourage: les promoteurs à construire parce qu'on ne construit pas pour des clopinettes, les terrains à être déclassés, des modifications législatives importantes à être effectuées (LDTR?), et enfin un sacré travail de pédagogie envers les électeurs qui a probablement été bâclé. Outre l'égoïsme ou la concupiscence, c'est peut-être le second motif aux blocages.

La vérité, la volonté est ailleurs. Aurai-je dû rajouté encore: le courage politique est ailleurs et il devrait se trouver au Parlement genevois.

Alors félicitations à celui qui a promis 2500 nouveaux logements par année. S'il avait été plus calculateur ou moins courageux, il aurait lui-aussi pu faire parti du Grand Conseil. Et oui, je vous assure c'est un compliment. De droite.