05/08/2014

La mandragore

britney, spears, Genève, Polaroïd 00: 33


Je te regarde, je t’écoute et te lis. En citations quand tu n’as pas de courage, mais tu as changé. Tu as compris. Tu n’es pas un crétin, je le reconnais. La vague? Il s’agit de la prendre. C’est donc ça, l’ère de l’image. C’est donc cela l’existence? C’est donc ça, l’ère des citations, l’aire d’autoroute. En sept secondes. En 140 caractères. En phrases incisives qui résument le monde. Le tien. Tu as tellement raison. L’efficacité te caractérise désormais. On ne jouit pas à perte. Fais le plein.

 

Le monde? Tu l’emmerdes. Je l’espère. Mais pourquoi le résumer à tes vacances à Ibiza? David? Un énorme producteur. Un piètre musicien. Ta vie? Est-elle aussi formidable et palpitante que tu ne le prétends? Aimerais-tu te taire? Aimerais-tu clore ta machine à rien? Aimerais-tu cesser de communiquer pour démontrer au monde que tu es heureux? Tu le devrais avant que d’autres réalisent que tu leur mens.


Oui. Ca. Au fond. Tu sais. Le silence. Cette ritournelle-ci. Celle qui manque de paillettes. La mandragore. 

03:42 Publié dans Rien | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.