19/07/2014

L'infidélité. Encore.

Olivier francey,britney,spears, GenèvePolaroïd 01:05

 

Il a cherché l’odeur suave. Et a fini par succomber aux odeurs âcres. Il n’a cessé de se détester depuis. Oh non, juste un peu. Jusqu’à ce que les gouttes de sa propre sueur ne se noient elles aussi un peu plus tard dans ses propres draps. Il ne faudrait pas trop s’en vouloir. Les courbes et les regards l’ont convaincu de l’abandon sous les néons, le linge méticuleusement dressé en face d’un écran crachotant des images d’Epinal, et ce parfum, fort, dont elle s’est entourée pour faire oublier ce qu’elle est. Il n’a jamais pourtant jamais autant cessé de penser à elle. L’autre. Il lui en veut, et cela n’a rien d’exceptionnel.

 

Noyé dans la peau stérilisée, il aurait aimé tenir quelques discussions sur Gaza, l’Ukraine ou la vie, à la lueur d’autre chose qu’une fébrile lumière artificielle. Il aurait aussi aimé lui parler de son incapacité à dire, son handicap à faire. S’égosiller à tenir à une discussion? Ou s’évertuer à cacher ce maudit ventre? Il conclura par évoquer ses dernières vacances à Barcelone prétextant un voyage entre amis. Le courage l’a encore abandonné lorsqu’il s’agit de désir. «Putain», crachera-t-il, seul, dans la rue qui fait l’angle. Et avec lui, l’odeur qui lui colle à la peau avant qu’il ne prenne cette douche. Et lui dise. 

 

Oui. Lui dise. Ce qu’elle voulait entendre.

Les commentaires sont fermés.