21/02/2014

Un peu

Olivier francey,britney,spears, GenèvePolaroïd 00: 30


Un peu d’amour, pour ses yeux bleus profonds et ses regard perdus. Un peu de désir, pour cette façon de se chausser, pour cette prestance aquiline, pour ce grain de peau asymétrique, pour ces gestes d’effroi. Il ne s’agirait pas d’être trahie. Non. Jamais.

 

L’abandon? Un peu. Mais pas trop. Le désir? A mort. Mais sans le moindre chuchotement, tant que le fil nous relit. Qu’importe le reste du monde, le rachat de WhatsApp, les émeutes ukrainiennes, les affects post-9 février. «Putain, aime-moi. Je veux tout, tu comprends? Je veux ça, le reste, et les miettes. Je veux le corps et l’esprit, les désirs et les haines, je veux recevoir.» Accueillir, dit-elle prête à tout. 


Un peu, ne suffira pas. Un peu ne suffira jamais. Le fil ne tiendra pas. Il le sait. Là. Quelque part. Il aimerait être moins lâche. Un peu. Il se trompe.

00:43 Publié dans Rien | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

Je ne comprends rien à la poésie, mais je suis d'accord. Intuitivement.

Écrit par : Pierre Jenni | 24/02/2014

Les commentaires sont fermés.