24/07/2013

Les donneurs de leçon

Olivier, Francey, Journaliste, TDG, Tribune, Genève, Britney, SpearsPolaroïd 11 : 14

 

Ah? Nouveauté. On ne se moque pas des morts. Encore moins des mères mortes. En fait, on ne se moque pas de Diana Spencer, Duchesse de Rothesay. Damn. Voilà ce que j'ai appris en paraphrasant sur Facebook l'excellent Guillon. L'outrecuidance de l'humoriste? S'être fendu d'un brillant tweet à la suite de la naissance du Royal Baby: "Toujours aucune réaction officielle de Lady Di qui est pourtant grand-mère depuis plusieurs heures." Vous avez évidemment le droit de ne vous gausser, surtout si vous veniez de perdre votre mère. Auquel cas, je présenterai de ce pas, bien évidemment, mes plus bafouillantes excuses. C'est vrai, on ne rit pas de tout. Sauf si on en est, soi-même, la principale victime. Desproges serait sans doute pendu aujourd'hui.

 

Ce qui étonnant - outre la lumineuse plaidoirie du conseiller national PLR Christian Lüscher ("Nul à ch...") et qui dénote un franc sens du second degré - et outre le geste très désapprobateur de l'ancienne conseillère municipale démocrate-chrétienne Sandra Golay (mais aujourd'hui MCG) qui s'est immé-dia-tement retirée de ma précieuse liste d'amis virtuels (de quoi susciter un vif émoi et une vive interrogation du type: "Comment? Pourquoi? Misère.") - c'est une remarque particulière qui m'a interpellée. Celle-là même qui me pousse à ces présentes jérémiades. Je cite: "Toi, tu n'as probablement pas perdu ta mère." Non, c'est vrai. On doit absolument et sur le champ lui donner raison. Comment ai-je pu être à ce point si insensible. Fabienne Gautier, ancienne député PLR tout aussi loquace sur les réseaux sociaux, dit le vrai, lorsqu'elle s'offusque de ces hommes qui manquent de sensibilité. Quels crétins ces mecs. Qu'on me pende.

 

Mais une question, néanmoins, taraude toujours mon esprit, si masculin.... Est-ce que la perte d'un frère m'autoriserait à ironiser sur le dos de la mort? Oui? Non? Ou est-ce que seules les mamans comptent? Un père vaut-il une moitié de mère? Une soeur, trois quarts? Dites-le moi, please. Parce ce serait dommage de continuer à croire que seuls ceux qui ont perdu des gens s'autorisent à en s'en amuser. Encore plus dommage d'oublier de souhaiter à tous ceux qui n'en n'ont pas perdu d'en rire. A mort. On lui doit bien ça, à la grande faucheuse.

11:32 Publié dans Humour, Résistance | Lien permanent |  Facebook