22/07/2013

Avec un h aspiré

Olivier, Francey, Journaliste, TDG, Tribune, Genève, Britney, SpearsPolaroïd 23 : 05


Elle se craint. Pourtant comment ne pas en tomber follement amoureux. Comment ne pas la désirer, pourquoi l'éviter alors qu'elle est si délicieuse. Si âpre, parfois amère comme des fraises des bois. A peine acidulées, de quoi susciter l'amertume au palais et les retournements de langue sur le flanc vaseux de joues asséchées. Pour mieux sentir le claquement des dents sur une mâchoire déjà abîmée? Of course. Le rictus ne tue pas. On l'aimerait intellectualisée, elle demeure ventrale. A côté, l'agglutination médiatique aux nouveaux-nés ou aux tueurs en série (mais d'enfants!) suscite vaguement un sourire, dévoilant des dents joyeusement jaunâtres. 

 

On la rencontre souvent petite et fragile. Née de rien, des trahisons du quotidien, des promesses des imbéciles et des délices de la peau. Alors que la petite se suçote, la grande gronde. L'injustice appartient à cette dernière catégorie. De celles qui imposent les postures d'indignation. Celles-là ne touchent que la chair. 

 

Et puis il y a les autres. Les vraies, les sombres, les noires. Celles que l'on traîne, jours après jours, saisons après saisons comme une ombre syphilitique dans le si misérable espoir que l'autre en crève. Ainsi s'apaisera la Haine. La grande, la vraie, la pure. Je vous le promets. Elle l'a promis. Pourquoi pas moi?

23:06 Publié dans Rien | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.