18/03/2013

Des petits riens

Olivier, Francey, genève, britney, spearsPolaroïd 20 : 45


On se rencontre, puis se quitte. Il paraît que l'on s'y habitue. On s'y habitue, en effet, quoi qu'on ait pu dire, un jour une fois. En lançant des jamais, des toujours, au soleil brûlant l'horizon. Les écorces se débarrassent des stigmates des amours dégoulinantes, aussi naturellement que le temps passe. La première désillusion écorne, la deuxième griffe, la dernière caresse. 

 

La peau sillonnée, les yeux fatigués mais lumineux, elle en parle toujours. Encore aujourd'hui. De lui. "C'était lui et rien d'autre. Je l'ai juste raté", murmure-t-elle l'esprit embué par ces neurones rebelles, de la race de ceux qui préfèrent mourir, avant. Tout en caressant son alliance. Tout en caressant son alliance.

20:46 Publié dans Rien | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.