22/10/2012

Caran d'Ache, 6B

chignon.jpg"Certaines bribes de pensées ne méritent pas l'encre", a-t-elle expulsé, le crayon Caran d'Ache 6B bien ancré dans un impeccable chignon. "Elle devait avoir raison", se dit-il après avoir estimé que ce n'était pas un prétexte pour faire taire. "Il faut se méfier des cheveux lorsqu'ils se font artificiellement sauvages. Ce n'est que le subterfuge des gorgones pour se fondre", persiflent les mères juives. A toutes les écouter, les mères et les autres, il avait perdu le fil.

 

Ah oui, les bribes qui dégoulinent et qui tâchent. Celles aux goûts de salive non ravalées, qui finissent toujours pas s'étaler comme des flaques de bave parfaitement lustrées. L'avantage? On peut parfois y croiser son reflet tout en se grattant ses aisselles. Salées, l'aisselle, hein?


D'autres plumes s'agitent par peur du vide. Par peur de l'oubli, des autres ou de son ombre. En fait, par peur tout court. "Putain, c'est vrai, il faut quand même exister un tout petit peu, merde", beugla-t-il comme un hamster maltraité, à force de tourner dans sa roue sans lexomil.

 

Et puis elle s'en est allée comme elle était venue. Le dos droit comme un i, la démarche rectiligne un peu chiante et coincée. Disparaissant à l'angle d'une vieille rue pavée, il ne retint d'elle qu'un point. Celle du crayon Caran d'Ache. "6B", eut-il presque envie de crier. Il n'a pas pu.


"Le hamster ne parle pas. Le hamster ne parle pas", s'évertua à se convaincre, le doux rongeur.

21:44 Publié dans Rien | Lien permanent |  Facebook