07/10/2012

Salaud de riche!

titanic-kate-winslet_320.jpgPolaroïd 14 : 28

 

Il y a un truc qui me chiffonne, avec cette marche qui a fait tant couler d'encre dans les journaux (à croire que le liquide ainsi suscité ne l'est que par la jouissance de l'expulsion du mot sur le papier). Alors on nous dit que ce grand rassemblement est une réponse aux propos d'un policier canadien, qui a prétendu que "les femmes devraient éviter de s'habiller comme des salopes si elles ne veulent pas être victimes d'agressions sexuelles". On nous dit aussi qu'être habillé "sexy n'est pas une invitation", sous-entendez à un rapport contraint. 

 

Plus banal, tu meurs, difficile d'être en désaccord. Un peu comme dire: être noir n'est pas une invitation au racisme. Sans blague. Qu'on me comprenne bien. Les propos de ce policier sont inacceptables.

 

Non, le truc qui me chiffonne, c'est la différence de traitement. Lorsqu'un riche se balade avec sa Cartier et son porte-monnaie rempli de billets violets et qu'il se fait agresser, on dit quoi? Et bien on dit, je dis, que c'est bien fait pour lui, qu'il est complètement crétin et qu'il n'avait pas à exposer son opulence dans des endroits mal famés. Pourquoi prend-on la défense d'une femme face à son violeur, d'un noir face à son raciste, mais moins d'un riche face à son agresseur? 

 

Parce qu'être femme ou être noir, c'est porter l'habit de la victime. Alors qu'être riche, c'est par principe se le voir refuser? Il y a des statuts qui suscitent la compassion, d'autres pas. Il y a des actes qui se condamnent. D'autres moins. Pour défendre le droit d'être habillée comme une "salope" n'importe où, on descend dans la rue. Et qui pour défendre une exhibitionniste qui s'est pris trois coups de couteau parce qu'elle avait extériosé ses signes de richesse?

Commentaires

Vous avez ré-inventé une loi d'un écrivain anglo-saxon dont je ne retrouve malheureusement pas la référence:

Juger les individus selon 3 axes:

pauvre - riche
Femme - homme
Sud - Nord

Dans l'Europe post 68arde, la majorité bien pensante est formatée pour accorder automatiquement sa sympathie a ceux se trouvant le plus a gauche sur l'ensemble des trois axes.

C'est rarement mis en défaut. Vérifiez le à la lumière de différents faits-divers, c'est vraiment étonnant.

Écrit par : eastwood | 07/10/2012

@Eastwood: Si vous retrouvez l'identité de l'auteur, je suis preneur! Cordialement, Olivier Francey

Écrit par : Olivier Francey | 07/10/2012

@ Olivier:

La phrase à l'origine était certainement maladroite parce qu'elle n'avait pas été le fruit d'une réflexion sur ce que cela signifie dans la société. La critique de cette phrase et du concept qu'elle sous-tend est légitime. Mais selon un étudiant témoin, le policier voulait plus être utile et mettre en garde que stigmatiser. Il n'a pas voulu dire que les femmes violées l'ont cherché.

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2011/09/15/marche-des-salopes-pousser-le-debat-plus-loin.html

Bien sûr nous aimerions un monde où la sécurité est garantie quelle que soit notre manière d'être ou de nous habiller. Nous aimerions un monde sans méchants! Problème: ce monde sans méchants n'existe pas. Donc on s'adapte. Seins nus dans certains lieux à minuit c'est plus à risque que seins nus sur une plage de Saint-Trop à midi. C'est un constat. C'est chiant, mais c'est à chacun de se préserver. Il n'y a pas des policiers et des hommes chevaleresques partout. Il y a aussi des criminels.

Les féministes ont trouvé un os et n'arrêtent plus de surréagir. En réalité cela illustre la concurrence entre les différentes obédiences. Les "institutionnelles" type Solidarité femmes ont leur fond de commerce sur la violence conjugale et poussent les chiffres pour augmenter les subventions. Les universitaires ont de gros crédits d'études. Il y a une nouvelle émergence qui veut sa part du gâteau financier et son quart d'heure de célébrité, et pour qui l'outrance sert de fond intellectuel. On sait par exemple que Caroline de Haas, ancienne présidente ou porte-parole d'Oser le féminisme, a depuis fait son trou dans la majorité socialiste.

Il faut chercher qui organise et voir ce qu'elles tentent d'obtenir en mettant cet activisme sur leur CV. Car il y a d'une part le bénéfice global de la victimisation, et d'autre part les dividendes personnels perçus.


On arrive comme vous le soulignez à ce que certaines victimes soient plus présentables selon leur statut social, ou comme le dit Eastwood à l'amplification de stéréotypes. Le mâle blanc est l'ennemi. Un exemple parmi bien d'autres, ce graphique du Monde détourné par le mouvement féministe La Barbe:

http://www.arretsurimages.net/media/breve/s142/id14146/original.51288.jpg

Triste stéréotypie moderne par laquelle certains groupent alimentent les inégalités culturelles. Il y a un bénéfice à cela.


Je constate que les Slut ne s'élèvent pas pour défendre les hommes violés. Par exemple des prisonniers. Normal, ils n'avaient qu'à pas baisser leur pantalon. Ils l'ont bien cherché...


Quant aux victimes de fausses accusation, même blanchies, on leur demande toujours pourquoi ça leur est arrivé à eux? Sous-entendu: qu'ont-ils fait pour?

Écrit par : hommelibre | 07/10/2012

M. Francey,

Tout à fait d'accord.

D'ailleurs, la nouveauté dans l'échelle des discriminations c'est le vague prémisse de prise en compte du racisme anti-blanc en France.

Écrit par : La censure règne en Suisse | 07/10/2012

La richesse n'est pas un attribut naturel, contrairement au sexe ou a la couleur de la peau. Les "salopes" qui défilent ne revendiquent pas de le droit de s'habiller comme des salopes, mais simplement celui qu'on respecte les différentes manifestations de leur féminité et que celles ci ne soient pas perçues comme une invitation à la violence sexuelle. On peut choisir d'arborer ou pas sa rolex ou sa cartier sans remettre en question ou renier son identité. Devoir cacher ses seins ou son cul pour ne pas se faire violer est un déni d'identité d'une très grande violence. C'est aussi une manifestation supplémentaire du retour à l'ordre moral qui finit par voiler les femmes de la tête au pied pour limiter leur influence maléfique sur la société... Bref - on ne parle de la même chose.

Écrit par : Yasmine | 07/10/2012

J'attends donc avec une impatience qui frise la fébrilité que s'organise une "marche des riches" revendiquant le droit fondamental de se trimballer leurs ses attributs de riches...

Écrit par : Pascal Holenweg | 08/10/2012

@ Yasmine:

Vous faites une différence dans la discrimination, selon des éléments d'origine de la personne? Ce n'est pas logique. Ce n'est pas non plus la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme:

Article 2.1

"Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. "

Ce qui est choisi est au même plan que ce qui est reçu comme un attribut naturel. Il s'agit bien de la même chose. Mais la stigmatisation est très marquée dans les esprit. Donc une femme volée et agressée avec sa Rolex, son LVMH et son foulard Hermes, n'aurait pas dû exhiber ses signes. Elle devrait faire profil bas. Elle ne peut pas s'habiller comme elle le veut. Mais si en plus elle est violée, alors elle devient défendable et digne de compassion. J'ai compris. LOL!

Anyway, quand des féministes stigmatisent les grands mâles blancs, elles se positionnenent clairement en racistes. Et restent impunies. Mieux: elles sont applaudies. Mieux encore: elles reçoivent des subventions pour cela!

Écrit par : hommelibre | 08/10/2012

@homme libre
Je ne crois pas avoir sous entendu qu'une agression peut être justifiée, quelle qu'elle soit... Je trouve malheureux qu'un ou une "riche" se fasse braquer sa montre mais je trouve plus inquiétant qu'il devienne socialement acceptable de violer une nana parce qu'elle n'a pas honte de ce dont la nature l'a plus ou moins bien pourvue. C'est d'ailleurs le sens des slutwalks qui n'a rien à voir avec un appel à la compassion... mais bel et bien un signal d'alarme face à une dérive moralisatrice de sociétés en détresse qui ne trouvent rien de mieux que d'imputer la responsabilité de leurs défaillances aux éternelles tentatrices que sont les femmes. Dans ce sens, je les rapprocherai plus des marches de la fierté homosexuelle. Enfin, personnellement, je ne stigmatise pas les grands mâles blancs (les petits noirs non plus, ni les gros d'ailleurs)... j'aurai plutôt tendance à bien les aimer, consentants, au chaud dans mon lit. C'est une question de respect mutuel. LOL!

Écrit par : Yasmine | 08/10/2012

En même temps quand un pauvre se fait voler c'est la vie. Quand un riche se fait voler on parle de criminalité. Intéressant l'axe. S'il n'y avait pas eu d'axe j'aurai su ou me mettre.
Bien à vous

Écrit par : plume_noire | 08/10/2012

@Yasmine,

Je sais pas ou vous vivez, mais autant de ce que je peux voir moi même, et de ce que ma femme et ses/mes copines me disent... Sans blanchir totalement les grands mâles blancs, Il semblerait qu'il y ait plutôt 80% du problème du côté des mâles un peu moins blancs et frisés qui ont un sacré problème culturel concernant le respect des femmes légèrement vêtues.

Non ?

Écrit par : Eastwood | 10/10/2012

80%!!!! Se serait intéressant d'obtenir l'origine de la statistique!

Si jamais, la Suisse est le pays qui accueille un nombre incalculable d'étranger. Qui deviennent suisse par la suite. Donc ca voudrait dire que les suisses ont des problèmes avec leur suisse et les étrangers ce qui est pareil.

Alors afin que le débat s'ouvre un peu, je parlerai du témoignage d'une jeune fille de 24 ans qui est très proche. Elle est sorti avec un journaliste, pendant très peu de temps, qui semblerait être plus ou moins connu au niveau média. Impossible de savoir qui c'est. Mais savoir qui, n'est pas important; c'est la pensée qui l'est. Ce cher Monsieur éduqué et occidental lui a clairement dit qu'une femme qui se fait violer dans un parking l'a forcément cherché! Cool! Et c'est un homme comme ça qui fait l'INFORMATION.

Le racisme antiblanc est totalement regretable mais tout à fait logique au regard de l'histoire. On aurait pu éviter cela mais on ne l'a pas voulu. Aujourd'hui c'est le nouveau crédo de certain parti politique et même le discours d'un certain Jean-François Coppé. Son histoire de pain au chocolat étant totalement ridicule. Le dernier ramadan s'est déroulé au mois d'août donc je ne pense pas que les enfants avaient collège...

Écrit par : plume noire | 10/10/2012

@Plume noire

Pourquoi cherchez vous désespérément des détails anecdotiques qui minimiseraient l’énormité de ce que vous avez droit sous les yeux ?

PS: "la Suisse est le pays qui accueille un nombre incalculable d'étranger. Qui deviennent suisse par la suite." Oui certainement, mais allez plutôt expliquer ça au PS et tout se qui se trouve a sa gauche qui n'a de cesse de répéter que la Suisse est un pays raciste et replié sur lui même.

Écrit par : Eastwood | 11/10/2012

Raisonnement habile mais parfaitement spécieux et d'une rare mauvaise foi, à moins d'être le fruit d'un esprit naturellement tordu, ce qui d'ailleurs pourrait bien être le cas, à voire la constance avec laquelle travaille le jeune Francey à le laisser penser.... Même si la fortune est un droit de l'homme, ce que perso j'approuve, contrairement probablement à Holenweg, on ne peut pas comparer un état ("être riche") qui reste le nec plus ultra en ce bas monde (tout le monde, même Holenweg voudrait vivre avec plus d'argent) avec d'autres ("être noir", "être une femme") qui au cours des derniers millénaires ont été considérés comme inférieurs. Et ne sont devenus égaux à celui d'un WHASP que depuis... 68 en gros et encore, en théorie, parce qu'en pratique... Dès lors il est tout à fait naturel que certains statuts incitent moins à la compassion que d'autres. Pour le reste, bien sûr que la responsabilité individuelle est quelque chose qui existe et que c'est prendre des risques que de se trimballer avec une Rolex au poignet en t-shirt derrière Copacabana ou d'être un journaliste européen en Afghanistan, ou un gentil genevois du CICR dans la Corne de l'Afrique. Ou de se saper en mini-jupe et en string, tant qu'à faire, pour aller faire ses courses rue Myrha, à la Goutte d'Or. Entre le tchador et le jeans descendu à mi-fesse, sans même un string pour le coup, il y a toute une gamme. Je ne justifie aucunement le viol, pas davantage que le vol d'ailleurs, mais se faire violer est autrement plus grave et perturbant que de se faire voler sa rolex quand on est friqué. Il est des choses qu'on ne se rachête pas. I faut donc faire attention à ce qu'on fait. Mais je ne crois pas que la nature profonde de la féminité soit forcément de se trimbaler fringuée en strip-teaseuse devant un parterre de mecs à qui l'on a appris qu'une femme non voilée est une houri descendue du paradis, prête à servir pour leur satisfaction personnelle. ça c'est juste suicidaire ou profondément débile. Par contre, le faire en manif, pour tenter de faire comprendre aux-dits mecs que leur façon de penser n'est pas forcément la bonne, pourquoi pas ?

Écrit par : Lumières et Triangle | 17/10/2012

Je trouve votre remarque sur les différences de traitement selon le motif de l'agression pertinente, M. Francey. Et aussi les 3 axes d'Eastwood.

Au final, je pense que la remarque de Yasmine y répond très bien. Et puis... il y a aussi des noires riches qui subissent des agressions sexuelles. La marche des salopes, c'est aussi pour elles.

(sur la route, je le confesse, quand c'est une voiture luxueuse qui me grille la priorité, je suis un peu plus énervé que quand c'est une corsa ou une 106... c'est con, je sais. Heureusement, ça ne dure pas)

Écrit par : Sérum | 19/10/2012

Les commentaires sont fermés.