15/09/2012

Comme les lâches se lèchent

pic-2.jpgPolaroïd 00: 11

 

En fait, à constater avec quelle régularité les lâches se lèchent, ou alors comment le hasard du calendrier les font se lécher comme ils se lâchent, je ne sais plus vraiment à quel Saint me corrompre. Dieu seul sait avec quelle ferveur je devrais génuflexier, mais ni l'attraction ni l'attirance ne suffisent à atteindre l'échafaud.

 

On prend, on laisse. On perd, on crache. On aime jusqu'à montrer les dents, les mêmes qui se tarissent dès que l'échec pointe son nez. Sec, aride, vieux et triste comme une maladie orpheline. Ce n'est ni le baiser ni l'aumône qui me perd, c'est plutôt les caresses et autres promesses jetées comme des dés.

 

"Mais ne serais-tu pas juste un crétin?", lança-t-elle. "Peut-être", répondit-il dans toute la ferveur bienveillante qui le perdra. Elle n'avait pas tort. Il ne s'en souviendra pas.

01:13 Publié dans Rien | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

"taré(s)" il me semble...

Écrit par : clara chanut | 18/09/2012

Les commentaires sont fermés.