15/07/2012

Sortez du bois que je vous abatte!

670282-pn-feral-pig.jpgPolaroïd 23 : 14

Vous n'avez rien compris, c'est pourtant facile. Il y a un siège à récupérer. Celui de Pierre Maudet, surnommé PierreMaudet.com par élu municipal. Ce dernier étant plus que chahuté pour son accent lusitanien par un journaliste spécialisé dans l'immobilier dont l'occupation quasi journalière et pathologique semble s'être porté vers la critique orthographique d'un quotidien radical.

Il y a quelque jours, seulement cinq candidats étaient en lice, et "toujours en lice" pour suivre avec zèle les recommandations d'une bien trop éminente femme de président de parti. Eric Bertinat (UDC) connu pour avoir fait de la politique, une source de revenu majeure. Olivier Fiumelli (PLR) dont un collègue de parti dira qu'il ne peut pas se présenter parce qu'il est "libéral et fonctionnaire". Adrien Genecand, lui aussi PLR mais pas fonctionnaire (c'est vrai, on n'est plus fonctionnaire désormais à l'UBS). Alain de Kalbermatten (PDC), et Salika Wenger (PdT). Sur ce dernier cas, disons juste que son groupe ne présente pas de candidats, mais qu'elle se présente quand même, bien qu'elle ait été élue sous une bannière de groupe mais pas de parti. On n'est pas à une hallucination près avec l'extrême-gauche.

Bref. Le jeune Adrien Genecand, dont certaines langues ainsi profilées se plaisent à user du mot "jeune" avec une récurrence trop élevée pour être honnête, décide d'abandonner la course. "Je reviendrai", dira-t-il en crachant sur leur dos. Coup de tonnerre: celui qui assurait pourtant il y a deux semaines ne pas pouvoir assumer la fonction de conseiller administratif, parce que peu "compatible, dans les faits, avec un mandat de député au Grand Conseil" revient sur le ring. Et pour cause, les "pontes" lui ont ciré les pompes. Drame à l'Entente. Celui qui est qualifié par certains de semi-demiurge crie à la magouille hospitalière. Propos niés dans la foulée par son président de parti sur les ondes d'une radio nationale. Psycho-drame, la matière grise du PLR sacrifie comme un mouton son poulain, Olivier Fiumelli. "Nous ne cherchons que le meilleur candidat", assure robotiquement Alain Dominique-Mauris.

Dernier acte en date, d'Artagnan offre sa candidature libéral-radical. Les compétences? Il les a. Mieux. "A la différence de tous les autres, elles sont reconnues." Alain de Kalbermatten sort sa perceuse-taraudeuse De Walt, Eric Bertinat expulse des versets, la princesse rouge lance un appel aux camarades et Guillaume Barazzone émet un avis de droit.

"Nous ne cherchons que le meilleur candidat", susurre une petite voix dans les travées pavées de linoléum verdâtre d'un grand établissement autonome.

Commentaires

J'ai tellement aimé le titre que j'ai finalement été obligé de lire le texte ;-()

Écrit par : Mère-Grand | 20/07/2012

Les commentaires sont fermés.