25/02/2012

Lettre ouverte à Monsieur le Procureur général

pic.jpgPolaroïd 00 : 45

"Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite".

Pierre W. est un terroriste. Oui Monsieur le Procureur, j'ai bien lu le communiqué du Mouvement citoyens genevois envoyé aux médias à 00 : 20. (Comme si ces pauvres abrutis de pourlécheurs médiatico-dépendants n'avaient pas de vie sociale.) Ils disent: un sourire "prémédité et délibéré" qui atteste du fourvoiement du député libéral-radical. Le bougre s'est aventuré au pointage de doigt (lequel? Le communiqué ne le dit pas...) envers son confrère Eric S.

La "provocation" est intolérable, ils ont cent fois raison. Sur la tête de mes aïeux. Surtout que Monsieur W. est "coutumier du fait".  Mais qu'on le pende sur le champ! Ou qu'on l'inculpe pour tentative de noyade au verre d'eau. Que les tribunaux de la Cour internationale des Droits de l'Homme se saisissent de cette outrecuidance.

"Faire croire que Monsieur S. est une personne irascible et impulsive"? Foutaise! En atteste son holster vide et ses prises de position itérativement réfléchies. Surtout quand le communiqué indique que "le liquide projeté en direction de Pierre W." ne peut "qu'au pire refroidir son tempérament querelleur bien connu de tous".

Veuillez bien croire, Monsieur le procureur général, au bien fondé de mes sentiments. Amicalement et bien à vous, votre sérénissime.

Un ami qui vous veut du bien.

Commentaires

La dérision n'a jamais fait de mal à personne. Bien au contraire !
Cordialement.

Écrit par : michel Sommer | 26/02/2012

Ah ! Ce pauvre Olivier Francey est décidément un bien triste sire. La lecture de ses mots sont une épreuve que je ne désire passer pour rien au monde. La damnation jettera son dévolu sur nos âmes pour avoir eu un journaliste aussi peu talentueux.
Je comprends que vous n'ayez rédigé qu'un misérable article sur un chien tué par des cambrioleurs ces derniers temps dans un journal un tant soit peu lumineux.

Écrit par : Grégoire Barbey | 26/02/2012

@Grégoire Barbey.

Vous avez raison, ce misérable chien n'aurait pas du recevoir une seule ligne. Mais que voulez-vous, c'est ça le journalisme hyper local que je défends.

Vous me voyez désolé d'apprendre que mes mots vous sont aussi pénibles. Je vous recommande chaleureusement, à l'avenir, d'éviter de gaspiller votre temps à me lire et de m'honorer de vos commentaires. Et si vous consacriez plutôt ces précieuses minutes à l'écriture de romans ou de poèmes?

Bien à vous, Olivier Francey

Écrit par : Olivier Francey | 26/02/2012

Comment osez-vous? Etes-vous devenu fou? (comme dirait un super-ré(d)acteur). Grâce à ES, vous avez du boulot, de quoi faire des papiers. Des kilomètres. Et la provoc? Il faut l'entretenir! Vous le devez! Au diable les belles manières et la classe. Vive le voyou et l'agressif. Vive l'irrespectueux et le fort-en-gueule! Misérable, faut vous reprendre!

Écrit par : Eric Bertinat | 26/02/2012

"La lecture de ses mots sont une épreuve "

Évidemment, quand on écrit ça (entre beaucoup d'autres pataquès, malapropismes et anacoluthes), on est bien placé pour donner des leçons.

Écrit par : Carlos | 26/02/2012

Les commentaires sont fermés.