19/02/2012

Bref, elle est partie

pic.jpgPolaroïd 23 : 31

"Elle est partie", a-t-il susurré cette après-midi, le regard oblique, tout en se resservant un verre de Talisker millésimé. Il était 13H27. "Une histoire comme des millions d'autres", a lancé un ami pour le rassurer. Il se trompait. La douleur ne se compare pas, ni ne se dilue avec les siennes. Il s'est ensuite tu quelques minutes épiant son image déformée par le reflet ambré que lui renvoyait la précieuse substance, tout en répétant à échéance régulière que ce n'était pas grave.

Rien d'important. Le désir. Oui mais d'un autre. Qu'importe la manière de lui dire, il fallait partir. Quitte à mentir. Un tout petit peu, parce que c'est foutrement difficile à dire, la vérité. "Et puis, on s'habitue à l'abandon", rassura le même ami désabusé. S'habituer? On peut. Ne pas s'attacher, contrôler les doses de morphine à délivrer quotidiennement, ne jamais lâcher un seul centimètre carré de terrain, ne pas céder. La confrontation. Celle qui ne mène à rien, lorsqu'il n'y a aucun trophée à gagner. Autant s'étaler sur des poupées.

Ne lui reste aujourd'hui que la haine. Demain, la lente cicatrisation chrétienne ou l'infâme relativité. Celle qui consiste à incantatoirement répéter "ce n'est pas grave". Celle qui consiste, en toute circonstance, à clore ses lèvres et retenir l'ouverture de ventricules. Ne serait-ce que pour ralentir leur putréfaction.

23:32 Publié dans Rien | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook

Commentaires

On écrit "cet après-midi" .... Merci d'enlever le "te" en trop cela fait vraiment négligé....

Écrit par : calie | 20/02/2012

Bonsoir.

Je porte à votre connaissance que le mot "après-midi" est un mot épicène. J'apprécie néanmoins votre commentaire. Négligé n'est donc pas nécessaire.

Bien à vous, Olivier Francey.

Écrit par : Olivier Francey | 20/02/2012

Quand vous évoquiez bougonnement et romantique, je voyais le mois de février plus solaire que cela.

J'espère que vos mots relèvent d'avantage une évocation poétique que d'un vécu personnel.

Écrit par : nina | 20/02/2012

Les commentaires sont fermés.