04/01/2012

Christoph Blocher est-il coupable de viol?

peste_bubonica.jpgPolaroïd 23 : 10

Que n'entendons-nous pas? Que l'infâme Christoph ait violé une chose? Oui, le secret bancaire. Et alors? C'est vrai qu'il n'est pas de bon goût de s'attaquer aux morts, je le conçois, la nécrophilie étant difficilement défendable. L'argument des détracteurs est pourtant audible. Christoph B. s'est battu pour la sauvegarde du secret bancaire (mais surtout de sa violation) contre les attaques allemandes et françaises. Donc, violer ce même droit pour attaquer Philipp H., patron de la BNS est inacceptable.

Quelques précisions. Le premier auteur de la dite violation est l'employé de la banque Sarasin, qui a ensuite fourni les documents violés à "un avocat proche de l'UDC". Voilà pour la chaîne causale. Il y a l'auteur. Il y a les complices. Soit. Christoph B. est un complice. Complice de quoi? Nier que le dessein soit éminemment politique, orienté? Non. En effet, l'infâme n'est ni bête, ni dupe, ni crétin. Que l'infâme se soit trompé? Peut-être. Et alors?

Que l'infâme ne dénonce que ce qu'il lui sied ne me pose aucun problème. Vous avez vu un socialiste dénoncer un scandale concernant son parti? Vous avez vu un libéral assassiner un collègue? Bon d'accord, l'affaire est courante. Vous avez vu un radical balancer un copain? Non. Niet. Never. L'argument de la morale, de l'intégrité ne tient pas en politique. Christoph B. se serait-il abstenu de violer qui que ce soit si cela concernait son parti? Certes. A-t-il eu raison de violer lorsque la victime pouvait le servir? Oui.

Je n'hésiterais pas à violer lorsqu'il s'agit d'interroger. Quelles que soient les motivations. Quel que soient les appels à la morale, à la loi et à son respect. La primauté du but sur l'origine.

Commentaires

Bonsoir. Oui, on peut violer un secret par nécessité crapuleuse de faire du tort à ses ennemis. C'est pas beau du tout. On peut briser l'omerta du milieu financier pour comprendre pourquoi le peuple grec se fait rouler avant celui de l'Espagne, le Portugal, la France, l'Italie, etc. ça c'est déjà beaucoup mieux et pas vengeur du tout. Simplement un acte citoyen qui peut peser lourd dans la balance démocratique plutôt que laisser le bulldozer de la Bourse nous écraser comme des cafards. Mais là, dans cette affaire, franchement, une ex-trader qui joue et risque le poste de son mari pour une plus-value de fr.50'000 francs?! Laissez-moi rire doucement. On est loin, très loin des millions, voir des milliards que peut rapporter les vrais délits d'initier. Et puis, si on n'ose plus convertir un demi-million dans une autre monnaie à cause du risque de se faire dénoncer par le petit copain du parti adverse, autant pour eux que nos financiers planquent leurs magots en des lieux plus amicaux. Parce que permettez-moi de vous dire que dans cette affaire on atteint le fond du ridicule. Quand je voyais le franc prendre une sacrée-plus value sur l'euro, je peux vous certifier que si j'avais été un financier avisé plein d'argent et sachant très bien que la Suisse ne pourrait se permettre longtemps la parité franc suisse-euro, j'aurais sans doute acheté de l'euro...que j'aurais revendu 15 jours plus tard avec 15 à 20 % de bénéfice réalisé sur la transaction. Sur un million de francs investis, 150'000 francs de bonus sur 15 jours. Yes, génial, mon délit d'initié:)

Écrit par : pachakmac | 05/01/2012

@pachakmac, vous avez l'air de ne rien comprendre à rien....même pas en amour c'est dire!
Allez je vous donne une piste.
Prenez 2h30 de votre temps et allez visionner la conférence de Myriet Zaki et Etienne Chouard sur le blog de Richard Golay au 24heures.
A la fin vous devriez commencer à avoir compris quelque chose.
Et qui sait à l'avenir......ne plus glisser sur des "peaux de bananes"!

Écrit par : Corélande | 06/01/2012

Les commentaires sont fermés.