04/01/2012

371 francs l'aggloméré

pic.jpgPolaroïd 00 : 15

C'est toujours la première disparition qui est difficile. Le premier abandon. On l'espère de coton, de marques de draps froissés, une porte qui claque, des mots au rouge à lèvres sur un miroir, une lettre confuse en explications ou un message dégoulinant de bons sentiments sur un répondeur qui se termine par un "appelle-moi si tu en as besoin". Elle est pourtant parfois d'ébène, de plomb ou en aggloméré 18 millimètres. Pratique pour les petits budgets: 371 francs compte tenu du cours de l'euro, mais seulement destiné à l'incinération. On s'en contentera. Il faut bien que la pompe aortique, à défaut d'être morcelée, puisse encore servir à rédiger des annonces, commander des fleurs et choisir la musique.

Elle, a eu droit au moins droit aux doutes quand on a reçu que de la fatalité. Elle, c'est la disparition sans aucune forme d'explication. Sans aucune syllabes ni mélopées. Sans trompette ni tambour.  Elle a eu droit au manque de chance, au mauvais moment du mauvais endroit lorsqu'on a eu droit au déroulement chronologique des faits. Irrépressible envie de comparer. Envie de crier, envie de s'insurger. "Je veux des doutes, je veux du mystère, je veux autre chose que des causes crétines".

Les interrogations contre le vide. Les questions contre l'absurdité. Et pourtant, les mêmes réflexes, les mêmes manques. Le même trou. "Pas facile de comparer les morts", marmonne-t-il en jurant qu'on ne l'y reprendra plus.

00:37 Publié dans Rien | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.