12/10/2011

Le Grand Débat. Ou une énième version de ''Tournez manège!''.

262c50c2-1418-11e0-b753-e4ab4dac0112.jpgPolaroïd 23 : 27

Le service public nous a offert ce soir, à deux semaines des élections fédérales, son ''Grand Débat''. Plus d'une trentaine de candidats aux chambres fédérales, pour tenter de développer et débattre des thèmes majeurs, à savoir notamment ''la crise'', la sécurité, notre système de santé, la famille ou encore le nucléaire.

Que dire de ces 150 minutes de flot continu, vaguement interrompu, de consonnes sonnantes qui s'entremêlent et qui se superposent dans un coït impeccablement insupportable, sauf peut-être pour l'une des guest-stars de l'émission, se délectant de cette masse informe copulante, Marc Bonnant.

Que dire de ces temps de parole approximatifs, de ces questions laissées veuves. De ces ''vous avez voté ceci'', ''vous avez voté cela'', caressés par de doux borborygmes.

Que dire de Maître M.B., défenseur des initiales, impérialement irrévérencieux sauf pour ceux qui pensent que l'homme est infiniment sérieux dans ses propos. Ceux-là mêmes qui auront compris que l'incarnation est, par essence, droite. Et qui en auront conclu que la nouvelle star romande des médias, Stéphanie Pahud est délicieusement, gauche.

Que dire de ce couple improbable, en voie de divorce, mais agréablement soutenu par une musique d'ascenseur, réminiscence d'un célèbre jeu télévisé populaire, où se cachaient les futurs esseulés.

Que dire de ces intermèdes humoristiques, lunaires imitations du rire, bouffées anaérobies d'un asthmatique en cure de Sérétide.

Que dire, surtout in fine, de l'électeur, qui aura souhaité, l'instant fantasmé d'une palpitation ventriculaire ou d'un spasme de son organe préhensile, remplir un papier jaunâtre ou gris.

Que dire. Que je suis austère, dépourvu de zygomatiques, et xanaxo-attracté.

Que dire. Il aura obtenu de l'humour, c'est vrai, on peut rire de tout, ne manquait que les clowns, les cracheurs de feu et le prestidigitateur. Il voulait des réponses, il aura ingurgité du pâté. Que dire. Qu'il attendait le Grand Débat. Il aura eu ''Tournez manège!''. Sans Evelyne ou Fabienne, mais avec Marc et Stéphanie. En ce sens, ce ne peut être une soirée gâchée. Totalement.

Commentaires

Déjà qu'en règle générale InfraCourge est plutôt au niveau du bac à sable question clarté, ce qui m'a d'ailleurs décidé d'y renoncer, alors pensez donc, un Grand "Débat" à moins de deux semaines des éléctions fédérales, ça ne peut que donner un pareil cirque. Je suis bien curieux de connaître le taux de participation à ces élections...

Écrit par : Patrick | 13/10/2011

Bonant Mal-An échappé du 17ème siècle en a gardé la perruque poudrée , il a le verbe en guise "le Duc évidemment" de vit, érections oblige, les hommes et les femmes de robe se pâme devant tant d'éloquence camouflant une pensée qu'on a envie d’épousseter dans les coins sombres.

Écrit par : briand | 13/10/2011

Merci d'avoir consacré un billet de votre blog à cette soirée, ce "Grand Débat" qui n'en est un que de nom !

Soirée décevante pour ne pas dire lamentable !

Comment voulez-vous que les électeurs puissent se faire une idée lorsqu'on aborde autant de thèmes et qu'on accueille un aussi grand nombre d'intervenants dont le temps de parole est forcément réduit à sa plus simple expression. Dans de telles conditions, impossible de développer ses idées et son programme politique. Imaginez-vous la frustration de certains participants qui ont fait un long déplacement sans pouvoir vraiment s'exprimer ? Je pense par exemple à Denis de la Reussille, maire du Locle qui s'en est plaint et à juste titre !
Il est vrai que d'autres en revanche, des "grandes gueules", ont profité de l'anarchie régnante pour couvrir d'autres intervenants et éructer leurs propos, tel fut le cas d'Oskar Freysinger !

Cette émission a instillé plus de confusion que de clarté chez les téléspectateurs.

Plutôt que de permettre aux électeurs d'y voir plus clair, l'émission leur aura donné l'impression de se trouver dans un souk !

La TSR n'en sort pas grandie !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 13/10/2011

Quand la démocratie fait penser au studio coop du mercredi ( rappelez-vous ces pubs longues et plates qui n'en finissaient pas... )

Écrit par : 022 | 13/10/2011

"préhensile,xanaxo-attracté, anaérobies, borborygmes..." La volonté de tirer vos lecteurs vers le haut est louable, mais attention à ne pas en abuser. Cela dit, vous devez être fort au Scrabble. Amicalement.

Écrit par : O.Hasard | 13/10/2011

@ O. Hasard: j'ai le droit au joker de 23:37??? :-)

Écrit par : Olivier Francey | 13/10/2011

Le candidat le plus lamentable était Bachmann (PEV) qui a osé prétendre que les voleurs de Cornavin ne sont pas dangereux. Je souhaite que ce type se fasse voler ses divers biens (portefeuille, ordinateur, pognon, etc.) On ne peut plus lui voler son intelligence puisque c'est déjà fait ! Donc, l'homme d'une soixantaines d'années qui s'est fait voler sa malette contenant tous ses biens, qui est tombé dans les escaliers en se faisant bousculer par ces salopards, qui s'est retrouvé, aux HUG, paralisé des jambes et à totalement perdu la mémoire (placé en EMS il réclamait à longueur de journées sa maman) et qui est décédé il y a 4 mois ce n'est, d'après cet évangeliste à la con, pas grave !

Écrit par : octave vairgebel | 13/10/2011

@ Octave Vairgebel: oui surprenant, en effet. À remarquer la pertinente question de Laurent Seydoux, sur un tout autre sujet: "pourquoi acheter de nouveaux avions de combat, alors qu'on nous promet tous une crise économique?".

Écrit par : Olivier Francey | 13/10/2011

Question bizarre puisque, selon le CF, la totalité des dépenses pour ces avions seraient compensées par des travaux et commandes à nos industries. Il me semble que Seydoux est membre du même parti que celui qui a magouillé pour se faire élire dans la même commune (P.L.O.), ceci explique cela !

Écrit par : octave vairgebel | 13/10/2011

@ Octave Vairgebel : n'y aurait-il pas d'autres moyens plus pertinents pour subventionner indirectement nos industries?

Écrit par : Olivier Francey | 13/10/2011

J'ai pris en cours de route l'émission sur le sujet de la sécurité, puis ai zappé, d'accord avec Patrick | 13.10.2011, je pensais qu'avec le nombre d'invités, que ce serait nul, je ne me suis pas trompé. Je pense que plus le nombre d'invités est grand plus les journalistes désirent camoufler leur incompétence. Il a même réussi à couper Me Bonnant, qui disait des choses intéressantes et de surcroit de façon élégante. La meilleure émission de débat est c dans l'air, il y a quatre personnes seulement et généralement bien éduquées de surcroit, l'on a généralement compris les tenants et aboutissants du sujet.

Écrit par : freemind | 13/10/2011

"pourquoi acheter de nouveaux avions de combat, alors qu'on nous promet tous une crise économique?"

Les nouveaux avions c'est une demi journée de planche à billets (convertie en euros si toutefois l'on achetait européen), selon la cadence de 12 milliards par jour...

Bon, c'est iconoclaste ma remarque. Mais au moins quelqu'un d'éclairé aurait pu expliquer ce que l'on fait de ces milliards d'euros achetés à la volée... alors que d'aucuns nous prédisent une crise et nous enjoignent à nous serrer la ceinture.

Enfin à défaut de nous éclairer, le débat m'aura au moins permis d'établir la liste des candidats pour lesquels je ne voterai pas... C'est curieux, il y a quand-même eu un «tocard» - comme on dit au PMU -, qui s'en est adroitement bien tiré, n'est-ce pas M. Poggia? Ce qui n'a d'ailleurs pas manqué de rendre fou de rage un de ses adversaires - et pourquoi pas - en religion. Amusant!

Écrit par : petard | 14/10/2011

oui, ce grand débat donnait un bien piètre idée des politiciens et même, avec respects, des animateurs impuissants devant ce combat de coqs, Dommage.

Écrit par : cmj | 14/10/2011

En écoutant l'avocat invité à dénigrer les candidats à la représentation démocratique, je me suis demandé à quel jeu jouait la TSR.

L'extrême violence de ses propos - notamment sa dernière prise de parole sur les étrangers - rendait impossible aux téléspectateurs toute réflexion sur le débat qui venait d'avoir lieu.

Quant à la scientifique, placée à sa gauche, son accoutrement, parlait si fort qu'on entendait plus ce qu'elle disait.

Qu'il est loin le temps de Table Ouverte.

OG

Écrit par : gonzales | 14/10/2011

@ gonzales :

Excellent commentaire !!!

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 14/10/2011

Par moments, ce débat m'a amusé, surtout les "bonnanteries", pince sans rire et prince du Verbe.

Je n'ai pas aimé la manière dont a rabrouait constamment les orateurs, a peine avaient-ils ouvert la bouche.

Me voici plongé dans une profonde perplexité depuis que j'ai reçu le matériel de vote.

Et ce n'est pas ce petit film qui va m'aider à choisir mes candidats:

http://www.youtube.com/watch?v=wf31Jw8dAHw

Écrit par : Freddy Cornalin | 17/10/2011

Les commentaires sont fermés.