02/10/2011

L'eau noire.

the-shining-3.jpgPolaroïd 23 : 14

L'eau noire, c'est celle qui coule dans ses veines. Obstruées et saturées, elles n'irriguent plus, elles aspirent, elles drainent. Même la lumière cristalline, dit-on, n'a pas d'autres alternatives que de s'engorger dans ses pupilles, pourtant réputées étroites. Etroites et sèches, comme son corps avec pour seules extrémités, quelques os saillants et de longues mains fines mais anguleuses et cabossées. Probablement d'origine porcine, la bête affiche des sourires laiteux de façade lorsqu'il s'agit de carillonner les verres à bulles pour mieux se pourlécher ses chairs violacées lorsqu'il s'agit de mettre à mort. La tâche s'avérera inféconde, il n'accouchera que de quelques crachats et d'égratignures d'ongles jaunâtres. Il inocule et distille ses récits à qui veut les entendre, préfère l'ombre à la confrontation, Lee Harvey Oswald à François Ravaillac, l'insidieux shoot au brutal shot. Il ne tire plus sur les ambulances, il les conduit.

On rêverait de le détester demain. On ne fait que le haïr aujourd'hui.

23:21 Publié dans Rien | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.