01/09/2011

L'histoire fictive d'un élu aux besoins pressants

Toilethowtouse.jpgBillet d'humeur, Radio Cité Genève, 1 septembre 2011

C'est l'histoire totalement fictive d'un élu ou plutôt d'un non-réélu dans une lointaine commune.

Le Conseiller administratif, alors battu et abattu, dut se résigner à ranger ses crayons, son unique gomme et la photo de Bobbie, fidèle berger allemand, dans le sombre carton orphelin, dernier mobilier trônant au milieu de la pièce.

Le regard vitreux et la truffe humide, Thibaud Mascarpone (nom et prénom fictifs) tourna pour la dernière fois le bouton du vieux transistor à tubes. Les premières notes audibles ne trompèrent pas l'homme blessé: celles de Chi Mai d'Ennio Morricone qui prirent une toute autre saveur que celle d'une boite de viande pour canidés, mais bien celle d'une oraison funèbre.

''Allez, il faut partir'' gémira Thibaud dans un ultime grommellement. Alors que toute protubérance physique était attirée irrémédiablement par une pesante gravité, celui qui avait effleuré la lumière nourrissante des flashs et dansé au son des flûtes qui s'entrechoquent, ne caressait désormais plus, de ses pieds nus et velus, qu'une moquette acquise aux soldes à Carpetland.

Avant de partir, Thibaud Mascarpone, en homme trahi n'hésita pas à laisser quelques souvenirs. Un souvenir de lui. Oh, pas le plus intime, non. Juste son urine. Ici et là.

L'animal vise désormais Berne. Un animal qu'il faudra surveiller s'il s'adonnait à la récidive dans les couloirs du parlement. Beaucoup plus cher de remplacer la moite moquette par un parquet ciré dans la capitale que dans la lointaine commune.

''Arnaque d'État? assez'' clame son parti. Arnaque de commune? Sûrement. Ce n'est pas lui qui a réglé l'addition. Un indice? Il ne s'appelle pas Thibaud.

Commentaires

Mais son prénom commence vraiment par "Th", non ?

Écrit par : Clyde | 02/09/2011

Les commentaires sont fermés.