25/08/2011

Les 300 hommes d'Isabel Rochat

annex2020day20doris20cad.jpgPolaroïd 15 : 08

300. Le chiffre est lancé, comme on tire une balle. Isabel Rochat annonçait hier la création d'une réserve opérationnelle affectée aux missions urgentes. Il fallait dégainer, pas question de laisser pour lettre morte, l'appel de Micheline Calmy-Rey. Il fallait dégainer, pas question d'expulser du petit calibre. Du lourd, du 300 millimètres.

Amusant communiqué de presse du Conseil d'État lorsqu'il déclare que ''les réponses ne doivent pas être dictées par la pression de l'urgence mais s'inscrire sur le long terme''. Le gouvernement a raison, surtout, quand trois lignes plus bas, il annonce avoir ''demandé à la cheffe de la police que la mise en œuvre des mesures [suivantes], issues des recommandations Phénix, soit accélérée''.

A croire presque que les termes ''urgence'' et ''accélération'' sont des antonymes pour le Conseil d'État.

Une oreille encore abasourdie par le projectile s'est alors rapproché du transistor. Une voix limpide et espiègle s'y est extraite, celle de Pierre-Antoine Preti: ''ces 300 hommes supplémentaires ne fouleront le terrain qu'à la fin de la réforme de la Police, soit pas avant deux ou trois ans au final'', murmurera mon collègue de la RSR. Pour l'heure, cette brigade d'intervention supplémentaire ne serait composée que d'une vingtaine de policiers. ''Effectif qui n'est d'ailleurs pas définitivement chiffré à une semaine de sa mise en place'' rajoutera-t-il, dans un malicieux fredonnement.

Éteignant ma radio encore hébété, j'ai remarqué que si la fumée s'était dissipée, l'odeur, elle aussi, avait disparu.

Les commentaires sont fermés.