22/08/2011

Les bonnes audiences de Gilles Marchand

girl-thumbs-up.jpgPolaroïd 16 : 45

Gilles Marchand s'exprimait hier dans les colonnes du Matin Dimanche pour commenter les mauvais chiffres de TF1 et  ''la fin de la télévision traditionnelle''.

''L'érosion des parts de marché de la première chaîne européenne est-elle bénéfique à la première chaîne romande?'', s'interroge notre collègue Ivan Radja en page 39.

Réponse du patron de la RTS: les bonnes audiences de la TSR (30% de parts de marché entre 18 h et 23 h), voire très bonnes en ce qui concerne les journaux d’actualité (entre 55% et 60%), sont surtout la conséquence d’une «stratégie efficace, soit une chaîne sur deux canaux, et de la bonne complémentarité entre ceux-ci».

Je m'étonne de cette réponse, non pas sur les résultats ainsi exposés en trophée, mais sur ses causes.

Gilles Marchand a raison: on doit reconnaître la relative résistance de la TSR par rapport à ses concurrentes, soit environ une perte de 6% de parts de marché depuis 2007 sur le créneau horaire 18h-23h. Non sans préciser que la TSR a fait appel massivement, me semble-t-il, à l'achat de séries étrangères pour rester concurrentielle. Une démarche qui n'est visiblement pas du goût de certains qui s'interrogent de savoir si cette acquisition compulsive relève bel et bien du rôle d'un ''service public''. Mais là n'est pas le propos.

Non, l'étonnement est ailleurs.

Comment Gilles Marchand peut-il se féliciter des parts de marché quasi communistes obtenues par ses journaux d'actualité quand on on connaît la position monopolistique de la TSR en matière d'information télévisuelle? Un peu comme si Ariane Dayer se félicitait des 523'000 lecteurs du Matin Dimanche.

Commentaires

Cela me rappelle la direction des S.I. genevois qui se distribuaient des bonus en raison des bons résultats annuels, ce qui signifiait simplement que la consommation avait augmenté !?!

Merci d'être revenu à une pratique compatible avec IE.

Clyde alias Alfred ;-)

Écrit par : Clyde | 22/08/2011

Les commentaires sont fermés.