29/07/2011

L'affaire Mark Muller vu par René Koechlin

25471_141881.jpgPolaroïd 11 : 02

Si je vous ai bien compris, Monsieur Koechlin, en page 11 de la Tribune de Genève de ce jour: les journalistes auraient du se taire concernant la dernière affaire ''Mark Muller''.

Selon vous, rien d'inhabituel à ce qu'un Conseiller d'État puisse se loger dans un appartement à un loyer en-dessous des tarifs du marché. Votre argumentaire? A fonction de prestige? Appartement de prestige. Punkt Schluss! On ferme les rideaux!

Ce que vous semblez oublier, Monsieur l'ancien président du Grand Conseil, c'est que Mark Muller est en charge d'un département: celui des constructions. Ce que vous passez sous silence, c'est qu'une grande partie de la population genevoise n'arrive plus à se loger. Ce que vous omettez encore de rappeler, c'est qu'une fonction de prestige implique également une comportement exemplaire. Que vous estimiez que les les blâmes contre André Hediger relèvent de la ''mesquinerie'' est une grave erreur de jugement. Nul n'est au-dessus des lois, surtout pas un élu politique censé l'incarner. Enfin, ce que vous omettez, c'est que des suspicions d'avoir bénéficié de ''passe-droits'' ont couru contre le magistrat.

Pour toutes ces raisons, il était du devoir des médias d'en parler. Vous estimez que nos gouvernants sont ''relégués au rang du plus simple, du plus modeste, du plus petit des citoyens''. Je ne partage pas votre opinion. La presse n'est pas là pour flatter, elle est là pour faire son travail.

Alors certes, Mark Muller n'a pas enfreint la loi. Je concède également que c'est encore dans son droit de bénéficier de connections pour obtenir un logement, il n'est de loin pas le seul. Ethiquement discutable? Oui.

Vous voyez un journalisme de bas étage? Je vois un devoir d'information. Que les médias se taisent? Vous divaguez!

11:12 Publié dans Médias | Lien permanent |  Facebook