28/07/2011

La co-responsabilité de l'extrême droite de Carlo Sommaruga

300px-ErnstStavroBlofeld.jpgPolaroïd 23 :14

Carlo Sommaruga s’est fendu d’un billet fort intéressant sur son propre site pour pointer du doigt ‘‘la droite nationale populiste’’ qu’il exhorte à ''assumer sa co-responsabilité intellectuelle’’ dans cette tragédie norvégienne. Le Conseiller National va plus loin encore : ‘‘la droite nationale-populiste européenne, mais aussi suisse, est intellectuellement co-responsable du terrorisme politique qui a fauché à Oslo des dizaines de vies innocentes’’.

Selon lui, ‘‘cet acte de terreur’’ ne peut être dissocié du ‘‘climat politique et social créé par les partis d’extrême droite européens qui déversent inlassablement sur les populations leur haine et leurs idées racistes et anti-islamistes’’. Voilà pour le squelette de l’argumentaire, je vous invite cordialement à lire ce papier ici dans son intégralité.

Carlo Sommaruga identifie deux stratégies de l’extrême droite afin de se déresponsabiliser : celle de prétendre que ''l’on est confronté à un acte isolé d’un aliéné'', et celle ''d’invoquer la récupération politique pour tenter de mettre hors-jeu l’interlocuteur’’.

Difficile d’argumenter avec le Conseiller National sur le terrain brumeux de la responsabilité, les réponses n’appartiennent qu’à la classe marécageuse des supputations. Tâche ardue que de trouver des coupables, ‘‘co-responsables’’ n’hésitera pas à préciser le genevois, la causalité des actes humains tombant sous le joug des probabilités. Qu’un homme puisse s’inspirer des thèses extrémistes pour passer à l’acte est une possibilité, une parmi d’autres et sûrement pas la seule.

Quelle est la responsabilité de ceux qui émettent des messages ? Comment les messages sont-ils entendus ?

A la seule différence de Carlo Sommaruga, là où le Conseiller National voit un ''lien intellectuel bien réel'', je vois une doxa, une impression. Là où il voit des discours haineux inspirants, je vois aussi de la liberté d’expression. Nauséabonde parfois également. J’apprécie la tentative d’explication. Je crains qu’il n’y en ait pas. Ni en Norvège, ni en Suisse. J'apprécie la tentative d'esquisser les causalités, même si elles m'apparraissent vaporeuses. J'apprécie, mais trouve Carlo Sommaruga bien confiant. De ses opinions...

 

 

23:27 Publié dans Monde | Lien permanent |  Facebook