13/05/2011

L’étrange été du Conseil d’Etat

pic.jpgPolaroïd 16 : 31

Pendant des années, le gouvernement a relativisé l’influence de l’impact des travailleurs frontaliers sur le fort taux de chômage genevois. Je me rappelle avoir entendu un certain Conseiller d’Etat fortement minorer l’influence des travailleurs frontaliers sur le marché de l’emploi genevois. S’en est ensuit l’argument suivant, certes valable : ‘’les chiffres du chômage fournis par le SECO ne sont pas représentatifs, le secrétariat à l’économie se base sur un recensement de la population active de 2000’’. D’accord.

La semaine dernière, il présente sa politique en faveur de l’emploi et de lutte contre le chômage. Tiens ? Etrange prise de parole alors que selon ces mêmes autorités, le canton a connu pour le deuxième mois consécutif, une baisse ‘’importante’’ du nombre de demandeurs d’emploi.

Mieux encore. Alors que l’Office Cantonal de l’Emploi est pointé du doigt par un audit du SECO, le Département de la Solidarité et de l’Emploi met en scène une agréable conférence de presse pour tenter de ‘’responsabiliser les entreprises à engager des travailleurs locaux’’ sans qu’aucune sorte d’autocritique ne soit formulée à l’encontre de l’OCE, sauf un vague : ‘’ l’organisation reste encore trop marquée par l’ancienne législation’’.

Soyons rassurés, les autres départements vont bien !

Départs et doubles dysfonctionnements au DCTI (quelques villas loués 150.- / mois, et un rapport de la Cour des Comptes sur l’administration en ligne), Mark Muller rétorque : ’je n’ai jamais considéré qu’il y avait eu des erreurs’'.

Isabel Rochat figure dans les 100 personnalités ‘’qui font la Suisse romande’’ (Charles Beer en perd d’ailleurs son latin), et le département de Michèle Künzler n’aura jamais été autant actif (renaturation par ci, cartographie des risques par là).

Le pire, c’est qu’à entendre certains d’entre eux, la réponse est souvent la même : ‘’il n’y a rien à commenter’’. Surtout pas soi même.

Commentaires

Nul doute que chaque personne au chômage à Genève, qui galère depuis des années, se trouvera satisfait de la politique du CE en faveur de l'emploi et de la lutte contre le chômage. Peu importe que ce soit tel parti ou tel conseiller d'Etat qui propose de réactiver la commission tripartite, c'est un premier pas (tardif) pour tenter de juguler la montée inadmissible du chômage dans une région prétendue en pleine expansion, calamité due aussi à l'inconscience de dirigeants d'administrations publiques. Attendons quelques mois pour évaluer la situation qui "devrait" s'améliorer grâce aux mesures préconisées par le CE.

Écrit par : Jobless | 13/05/2011

Les commentaires sont fermés.