02/05/2011

Ce qui est érotique pour l’un, risque de ne pas être érogène pour l’autre

pic-2.jpgPolaroïd 16 : 43

Noyé dans l’abasourdissante actualité symbolique du jour, à savoir la disparition d’un sénile apatride, le département de la Solidarité et de l’Emploi s’est adressé aujourd’hui à la presse afin de présenter ses mesures de lutte contre le chômage.

Pour rappel, un audit qualifié d’accablant par mon confrère de la Tribune de Genève, Marc Bretton, et publié le 4 avril 2011, relevait de nombreux dysfonctionnements au sein de l’office cantonal de l’emploi. ‘’Conseillers démotivés’’, ‘’employés déresponsabilisés’’, ‘’management en berne’’, et un Conseiller d’Etat ‘’s’impliquant, mais en année de présidence’’, voilà pour les griefs.

Sur ces points, le département de François Longchamp s’astreint à l’exercice ô combien périlleux de l’évaporation : ‘’réinsertion plus rapide et durable des chômeurs’’, ‘’impact favorable’’, ‘’taux de réussite élevé’’. Le dernier argument achèvera le tour de magie, à savoir la disparition d’un lapin : ‘’l’organisation de l’OCE reste encore trop marquée par l’ancienne législation’’.

Rien sur les ‘’Conseillers démotivés’’, rien sur les ‘’employés déresponsabilisés’’, rien sur le ‘’management en berne’’. Un peu comme si on nous présentait comme une victoire, le décès du saint gibier dans une villa pakistanaise, alors qu’on a toujours prétendu traquer la proie dans des grottes humides du Safed Koh en Afghanistan, 10 ans après.

Les autre aspects, hautement érotiques, des intentions du DSE, c’est également d’encourager les entreprises ‘’à être actives dans la lutte contre le chômage’’. En clair : leur demander cordialement d’engager des chômeurs, en échange d’un ‘’badge scout première étoile de louvette’’. C’est aussi, ‘’de publier, sur le site de l’OCE, toutes les demandes de permis de travail effectuées par les entreprises’’. En clair : favoriser l’engagement des suisses ou de ceux disposant déjà d’un permis de travail. Autrement dit: la préférence nationale, ou de proximité.

La tendance est limpide, Mark Muller l’affirmait déjà dans les colonnes du Temps : un peu d’UE et beaucoup de Suisse.

Ce qui est érotique pour l’un, risque de ne pas être érogène pour l’autre. L’UDC, elle, se frotte les mains.

Commentaires

Ainsi donc notre gouvernement cantonal s'applique à violer les accords signés et ratifiés par la Suisse. Ses incitations sont déjà une blâmable incitation à la violation desdits accords. Son projet d'organisme étatique de certification tripartite aussi. Le Gouvernement tend à laisser accroire que la Suisse n'a pas de parole.

Le gouvernement incite les employeurs à boycotter les suisses de l'étranger au bénéfice des étrangers de Genève, suivant en cela le mouvement populiste anti-suisse qu'est le MCG, composé d'étrangers, de secundo et de caractériels (au sens médical du terme) bien connu du barreau (catégories pas incompatibles).

Le gouvernement cantonal devient une succursale du MCG : Répugnant.

le gouvernement, dès lors qu'il s'affilie au MCG, reproche à un employeur d'engager un titulaire d'une licence en droit parlant parfaitement anglais et revenant d'un stage en Allemagne plutôt qu'une titulaire d'un CFC de commerce et baragouinant l'allemand. Autant dire qu'il veut que cette entreprise ne puisse se développer.

Écrit par : CEDH | 03/05/2011

Les commentaires sont fermés.