03/03/2011

Délivrez-nous du mal!

17 RUBENS TEMPTATION OF CHRIST.jpgBillet d'humeur, Radio Cité Genève, 3 mars 2011

Vous m’en voyez désolé, mais j’ai l’impression, ces dernières semaines, de voir le mal partout.

Tenez, par exemple : j’apprends que l’un des candidats à la course au Conseil administratif, le PDC Michel Chevrolet encourage les électeurs étrangers à se rendre dans les bureaux de vote. C’est vrai, qu’après les jeunes, les handicapés, les paquisards, le hockey sur glace, la programmation de l’Usine, les soirées de soutien aux associations, ne manquaient qu’à l’appel : les étrangers.

Je taquine, je taquine, c’est le principe même d’être en campagne.

Alors vous imaginez ma déception, à la lueur du résultat du candidat PDC sur le site smartvote.ch, d’apprendre que le même Michel Chevrolet refusait d’accorder le droit de vote et d’éligibilité au niveau communal pour les étrangers.

Alors de deux choses l’une : soit notre candidat est dyslexique de la souris, soit il préfère que les étrangers votent pour lui, mais sans pouvoir se présenter à des élections. Ce qui serait drôlement malin de sa part.

Autre exemple : un confrère bien intentionné, cela va de soit, me signale qu’une intéressante conférence se donne le 9 mars prochain au Club Suisse de la Presse. Pour les novices, sachez que le Club Suisse de la Presse est un bel endroit, près de l’hôtel Intercontinental, où les journalistes peuvent siroter un verre de blanc et rencontrer des grandes stars qui font la une des médias : Micheline Calmy-Rey, Julian Assange, Michel Platini, même Evelyne-Widmer Schlumpf s’y est rendue, nous affirmant ‘’qu’il n’y avait pas de problèmes avec les étrangers’’. C’était quelques mois avant les votations sur l’érection, ou pas, de tours pointues.

Je disais, le 9 mars, se tiendra une conférence pour présenter le nouveau livre de Guy Mettan et de Christophe Büchi : le dictionnaire impertinent de la Suisse. Super Tip Top !

Seul anicroche: Guy Mettan n’est autre que le directeur du même Club suisse de la Presse. C’est un peu comme si je m’invitais moi-même, sur cette antenne, pour parler de ma propre émission, pour vous dire à quel point je suis formidable, c’est comme si un administrateur de Palexpo organisait ses propres expositions dans ses propres hangars. Le salon de l’Auto au hasard. Comme si c’était le Canton de Genève qui était actionnaire majoritaire de Palexpo. Comme si les équerres étaient en exposition au Salon du Livre.

Bref passons, je vous le disais, je vois le mal partout.

Quant il faut y voir des plumes, j’y vois des objets contendants, de l’encre, du sang, des gens qui toquent à me fenêtre, des car-jackers. Quand il faut y voir des amis, j’y vois des traîtres, quand il faut il y voir des dictateurs, j’y vois des acteurs de cinéma, quand il faut y voir du rouge à lèvres, j’y vois du maquillage, enfin quand il faut y voire des mendiants voleurs-de-poule, ce ne sont que des policiers.

C’est décidé, aujourd’hui, je ne me fierai qu’à une seule chose: les larmes.

Commentaires

Et la Tribune nous fait part encore de rixes commises par les mêmes étrangers venant des Balkans ... Widmer-Schtroumpfette devrait ouvrir ses petits yeux de fouine, un peu à la Edith Piaf ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 03/03/2011

Pour éviter toute ambiguïté : VOTEZ MEURY !!!

Écrit par : Benoît Marquis | 03/03/2011

Salut chasseur de chevy,
Sur ce coup là tu as raison sauf que je me suis lamentablement gouré. J'ai voté oui au droit de vote et d'éligibilité au niveau communal à la constituante ! Sur le questionnaire smartvote je me suis planté car je pensais qu'il s'agissait du droit de vote cantonal ! Mais tu as bien fait de le relever.... My fault ! Sur le plan cantonal je pense qu'il nous faut encore un peu de temps et je pense aussi que les étrangers qui choisissent une vie à Genève doivent opter pour la naturalisation et devenir suisse. Bref ! Que penses-tu de la contradiction entre PS et Sandrine sur les Cherpines et la constructions de logements?

Écrit par : CHEVROLET | 04/03/2011

Un véritable bonheur ces périodes d'élection, je te passe le sucre, tu me passe le sel et surtout nous faisons parler de nous, en bien, en mal, on s'en fout pourvu que l'on en parle. De toute façon c'est le citoyen qui paiera l'addition une fois les élections passées et vu les co....ies débitées par des gens de droite ou de gauche, c'est du kif kif.

Écrit par : graindesel | 04/03/2011

Les commentaires sont fermés.