02/03/2011

L'épiderme dans les urnes

the-fearless-vampire-killers-roman-polanski-and-ja1.jpgLa sécurité.

Ils n’ont que ce mot aux lèvres. Des lèvres bleues, en cause: œsophages bouchés et bouches dégoulinantes. C’est vrai, le met est plus salivant, les papilles seront sans doute brutalisées par si peu de parfums. La respiration se fera sibilante, jamais on aura autant vu de difficiles déglutitions en bas de chez soi. Ici et là. A Onex ou à Chêne-Bourg.

La sécurité. Celle de vos enfants et de nos grands-mères, celle de la blanche pâleur de votre peau et de notre porte-monnaie. La sécurité de son emploi, la sécurité routière, la sécurité sur le net, la sécurité des parkings et des étrangers qui commettent des crimes.

La sécurité sous surveillance, l’arme à domicile. Le casque à vélos, et des policiers visibles.

On aurait espéré, dans cette tumulte, jouir de quelques notes de musique, elle ne seront que de comportement. Florence Kraft-Babel ne reprendra pas le département de Pierre Maudet.

L’insécurité, objective ou pas, est un animal à l’appétit vorace mais aussi source des plus beaux cauchemars. Transformant tour à tour, des parkings en abattoir et des veines en égouttoir.

Alors je rêve, je rêve parfois de donner la parole à ceux qui ne rebroussent pas chemin lorsque les néons crépitent, ou lorsque la lumière se fait rare, à ceux qui ne tournent pas les talons ou changent de trottoir lorsque l’individu ou la rue se font noirs.

Je rêve de voyages sans autorisations, de désirs sans fuites et des urnes sans peur. Les encouragements aux interdictions, les explications aux sentiments.

Ne serait-ce que pour rappeler que la sécurité comme objectif, nous a merveilleusement ôté d'un peu de cette précieuse liberté. Et que c'est le coeur qui vote, c'est la chair. Pas l'intellect.

11:50 Publié dans Rien | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

La population s’inquiète plus pour les logements qui manquent, pour l'emploi, pour les frontaliers, etc.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 02/03/2011

Les commentaires sont fermés.