17/02/2011

De l'idée d'un média romand de droite

img254685.jpgPolaroïd 11 : 35 De l'idée d'un média romand de droite.

Deux articles se sont prononcés sur cette question ce matin, sous la plume de Christophe Passer dans l'Hebdo, et de Yelmarc Roulet dans le Temps.

Une ''Weltwoche'' romande, alimentée par Uli Windish, Pascal Décaillet, Phillippe Barraud, Marie-Hélène Miauton, Oskar Freysinger et Marc Bonnant pourquoi pas?

Qu'en penser?

On attend avec impatience les réactions: les rires, la moquerie puis le venin, les crachats, l'appel au meurtre.

A chacun son idée du journalisme. Mais être de droite n'implique pas de ne pas donner la parole à l'autre. L'inverse étant également vrai. On peut, tout autant, être parfaitement schyzophrène.

Reste qu'au final, je choisirai celui qui s'affiche à celui qui se déguise, la nudité au travestisme, l'esprit de brûlure à celle de l'eau tiède. Parce que livrer l'information, c'est déjà prendre parti. Il suffit désormais de l'assumer. Qu'on soit de gauche, de droite, valaisan, genevois, amateur de petite arvine ou de Laphroaig. C'est ce qui différencie le journalisme d'opinion de la brève de l'agence télégraphique suisse.


Commentaires

entèrement d'accord avec votre article.

Écrit par : pams | 17/02/2011

Ah bon, parce que la Tribune, le Matin,ou le Nouvelliste seraient des journaux de gauche?

Écrit par : Azrael | 17/02/2011

@ Azrael: Excellent!

Écrit par : Olivier Francey | 17/02/2011

"Reste qu'au final, je choisirai celui qui s'affiche à celui qui se déguise, la nudité au travestisme, l'esprit de brûlure à celle de l'eau tiède. Parce que livrer l'information, c'est déjà prendre parti. Il suffit désormais de l'assumer."

Et vous qui êtes journaliste M. Francey, avez-vous fait le choix, dans votre média, de vous afficher, de vous mettre à nue, d'assumer votre tendance politique?

Écrit par : O. Hasard | 18/02/2011

@O. Hasard:

Je n'aime ni les journalistes de gauche ni de droite, j'espère que vous l'aurez constaté: ce sont des mots qui m'apparaissent antinomiques. J'apprécie pourtant les journalistes qui prennent position sur des idées, ce qui souvent s'apparente à les qualifier de journalistes de gauche ou de droite.
J'aime ceux qui donnent la parole à tous. Enfin, j'apprécie la schizophrénie, seule attitude acceptable lorsqu'on le souhaite exercer son sens critique.
O.

Écrit par : Olivier Francey | 18/02/2011

Les commentaires sont fermés.