02/02/2011

Les libéraux genevois se détestent.

cannibal-jerky.jpgPolaroïd 18 : 26

Vous ne le sentez pas? Pas encore? Mais oui, le fumet du sang, de la bête qu'on égorge. Elle tressaillira dans un dernier souffle expiatoire.

Les libéraux se détestent. Saint-Pierre au Conseil National ? N’y pensez pas ! Nathalie ? Oui en chœur dans un souci de parité, sous le couvert d’une symphonie de Dvořák, interprétée par Florence.

Jean-Michel Gros dégaine l’artillerie sur un air de Mistral Gagnant, on aurait rêvé humidement le panzer, ce sera le tromblon. D’autres shérifs feront appel à ‘’leur mémoire’’. Aussi courte fût-elle, il n’hésitera pas à enterrer le mort. Il adulait les cercueils, la pelle ne l’effrayera pas, même si au final, aucuns instruments géométriques ne l’effraient, le bougre.

La proie à abattre se vide. La mer rouge. On aurait espéré Christian s’y plonger, becs et ongles, palmes et bouteilles. Il préférera siffloter la cavalerie légère, sur un équidé emprunté.

Et pour dernières paroles : 2500.

Les libéraux se détestent !

Les commentaires sont fermés.