22/01/2011

Le phacochère

Phacochere.jpgLe phacochère.

Un miroir poudré comme seul reflet de leur propre vanité. Les phacochères humides.

Le crépitement des flashs, le tintement des coupes, l’existence dans l’instant. Ephémères créatures des projecteurs, noyées dans la lumière blafarde d’un faisceau. Elle est à droite ? J’accours. A gauche, m’y voici !

Les mâchoires se tendent et ne se relâcheront pas. Fragiles muscles contractés, l’animal ne s’élancera pas. Il saute les sujets, pas les obstacles. Qu’importe la cible tant que le gibier se noie dans son sang. Pas le sien, même s’il s’adonne parfois à laper la lame.

On le suspectera de mourir de ses propres défenses, perforant la chair. Il ne la donnera pas à une prostituée, il en est déjà une.

On ne lui en veut pas. On le plaint.

23:48 Publié dans Rien | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.