19/01/2011

Le MCG soigne l'image de la Suisse. Et surtout la sienne.

menage.jpgPolaroïd 13 : 25

On l'apprenait déjà avant-hier, le Mouvement Citoyens Genevois a déposé une demande de «mesures urgentes» afin que les fonds de l'ex-président tunisien Zine El Abidine Ben Ali soient bloqués.

Jusque là, merveilleuse initiative de compassion envers le peuple tunisien.

Ah non. Erreur!

La rectification suivra quelques lignes plus bas: le parti ''ni gauche ni droite'' motive cette démarche car «il a cœur de sauvegarder l'image de la Suisse, qui a beaucoup souffert suite à l'affaire Kadhafi».

Me Mauro Poggia nous apprend que ''durant leurs 23 années au pouvoir, le président Ben Ali et ses proches ont détourné des sommes à leur profit. Il en va de la crédibilité de la Suisse d'agir afin que les droits de l'État tunisien soient préservés''.

23 ans? Merci au député et avocat qui nous rappelle que la Suisse aurait attendu la naissance du MCG pour se rendre compte de cette abomination.

Merci de nous rappeler, que le Conseil Fédéral donne suite de toute évidence ''à une demande du MCG''.

Très Cher Monsieur Poggia. Au nombre de dictatures existantes, comptez-vous également déposer toute une série de mesures urgentes? Parce que, pour le coup, la Suisse doit être très, très sale. Et le MCG, très, très opportuniste?

Commentaires

Bonjour,

Ce que Me Poggia oublie de dire, c'est qu'il est propriétaire d'un bien immobilier en Tunisie...ABE

Écrit par : eyeongeneva | 19/01/2011

et il pourrait mordre cet Olivier....
JALOUX !

VIVE LE MCG, une fois de plus, il agit en lieu et place de discourir comme font les autres dont Olivier est membre

pour la remarque de l'oeil aveugle, no comment tellement c'est nul

ABE

Écrit par : justice | 19/01/2011

@ justice. Jaloux? De ne pas être avocat? Sûrement. Pour le reste, rassurez-vous, je ne suis pas encore membre des ''autres'', je porte à votre mémoire que j'ai également défendu le MCG lorsque son dirigeant a été ''censuré'' par le Conseil d'Etat.

Quant à la remarque qui précède la votre, il n'engage que celui qui l'écrit. Je rappelle que la diffamation peut-être poursuivie en justice.

Bien Amicalement, Olivier Francey

Écrit par : Olivier Francey | 19/01/2011

Les commentaires sont fermés.