01/12/2010

WalpurgisNacht

Wal.jpgWalpurgisNacht ou la Nuit des Sorcières, Radio Cité, 01.12.10

Une fois n’est pas coutume et je me dois de m’en délecter, comme on se délecte d’un bon coup de martinet : deux emails et un appel téléphonique ont suivi notre émission d’hier matin. Autant de subtils compliments, d’aimables louanges et d’éloges avaient réussi à réchauffer ce cœur, pourtant si nécrosé en ces frimas automnaux. Un vrai régal, en tous les cas, de quoi ouvrir l’appétit et de faire saliver tout orifice buccal normalement constitué.

Le premier compliment avait pour but de me rappeler à quel point mon patronyme sentait le camembert, et au passage de me délivrer une mission : celle de retourner en France.

Le deuxième était incompréhensible, même s’il semblerait que l’invitation de la fille du Diable en personne sur notre antenne, j’ai nommé Marine Le Pen, soit le sujet de discorde.

Enfin, le dernier pour me confier une autre mission : celle de passer plusieurs mois dans des cités à faire une enquête, je cite ‘’où il y a, à manger de l’info’’. But de la mission : ‘’devenir pertinent, efficace, intègre et bourré d’éthique’’. Toujours selon la même personne, il conclura par un ‘’ Vive l’Europe des Peuples, à bas la balkanisation de l’Europe! ‘’.

En résumé : la première mission qui consiste à enfourcher mon balai pour retourner dans mon pays, et la troisième qui consiste à participer à l’émission ‘’vis ma vie dans le 93’’ sont totalement compatibles. Quant à la deuxième, de ne plus inviter Marine Le Pen ? Promis ! Le message est passé à la rédaction : aucuns membres de la famille Le Pen, plus d’extrémistes, plus d’UDC, plus de libéraux déguisés en démocrates-chrétiens, silence radio !

Enfin le plus simple, c’est de m'envoyer votre propre liste d’invités autorisés, et on réenregistrera le slogan de la radio : ‘’Radio Cité, c’est nous qui parlons, c’est vous qui la faites’’.

Dès lors que ces affaires courantes ont été réglées, et si je vous ai bien compris, Monsieur R. (pour autant que vous n’ayez pas mis vos menaces à exécution, celle du boycott pur et simple de cette antenne), Cher Monsieur R., ne reste plus qu’à ma modeste personne de changer de nom de famille, puisque son homonymie avec un pays que vous ne semblez pas apprécier, la France, vous agace. C’est tout choisi, je m’appellerai désormais Olivier Suisse.

- Olivier Suisse, c’est son nom ?

- Non, son nom, c’est Olivier Francey, mais il a pris un pseudonyme.

- Mais il est français alors ?

- Non il est suisse !

- Mais alors pourquoi tu me dis qu’Olivier Suisse, c’est un pseudonyme !?!?

- Mais parce qu’il s’appelle Olivier Francey !!!

- Mais alors il est français !

- Non, il est suisse!

 

Sans vous rappeler une réplique de Weber. Un certain dîner. Reste à savoir aujourd’hui qui est l’invité!

La chasse aux Sorcières, elle, en tous les cas, a débuté!

Les commentaires sont fermés.