25/11/2010

Le Parfum

Cochon.jpgPolaroïd 19 :29

Les sentez-vous?

Obèses créatures qui se tapissent dans l'ombre, les babines humides. Dans la froideur des couloirs aux néons clignotants, nul bruit, sauf peut-être une infinitésimale goutte de salive claquant comme un fouet dans l'air, s'écrasant sur un linoléum vert pâle.

 

L'odeur est enivrante, probablement un vieux Guerlain. Mais elle en cache une autre, la sueur salée des certitudes.

 

Les commentaires sont fermés.