20/11/2010

Le gardien et la hyène

Black.jpgPolaroïd du samedi 13 : 15

Etonnant de poursuivre une hyène pour une affiche dont le contenu n'aura jamais été diffusé, in fine.

On ne retiendra qu'une interdiction (pardon, amputation) aux relents de censure. Une mise en garde amicale envers la presse. Un Conseil d'Etat prudent, mais délateur.

Et enfin, deux gagnants:  un gardien de chèvres et une hyène.

L'un les aura mis à genoux. L'autre pourra bomber le torse en 2011, histoire d'oublier qu'on lui avait refusé le magnum de champagne dans une boîte de nuit cantonalisée.

Pendant ce temps-là, au Grand Conseil, on vote sur les écrevisses à patte blanche, Rappaz, lui, tente de retrouver les barres vitaminées qu'il avait caché dans un coussin "enchanvré". Surveillé par trois infirmières bulgares, attentionnées cela va de soit, qui rêvent de passer leur soirée aux Automnales pour rendre hommage à Michael Jackson.

 

J'aime.

Les commentaires sont fermés.