16/11/2010

La liberté d'expression, oui, mais juste un peu

Psy.jpgPolaroïd 20 : 52

On l'apprenait en début d'après-midi. Le Tribunal Pénal Fédéral confirme la validité du séquestre provisoire des affiches du MCG.

Si la décision est à respecter, les arguments qui la nourrissent m'étonnent. Le TPF estime que la décision du Ministère Public Fédéral, que fût celle d'exiger le retrait du vénérable leader libyen sur l'affiche, ne fait que restreindre "très partiellement" la liberté d'opinion.

Donc si j'ai bien compris, on peut "très partiellement" amputer la liberté d'expression dans mon pays.

Il me semblait que la liberté, on la possédait ou on ne la possédait pas. Visiblement, on peut la posséder un peu, sauf quand ça dérange.

Enfin dernier point, la suppression de la seule photo litigieuse a en revanche permis «d'éviter l'éventuelle réalisation d'un outrage à un Etat étranger par voie d'affichage», déclare le TPF dans son arrêt.

En clair, la justice se base sur une "éventuelle" réalisation d'outrage pour confirmer la décision du MPF. Incroyable, le TPF se base sur des éventualités pour rendre des décisions.

 

L'éventualité a un sale goût de crainte.

C'est vrai qu' Hannibal fait peur. Très peur. Surtout à Saint François. Ou à Micheline, mais ça, ce n'est qu'une éventualité.

 

Les commentaires sont fermés.