13/11/2010

La recon-naissance

pic.jpgPolaroïd 01 :27

Exister. Vouloir exister. Non sans rappeler un autre mot : la reconnaissance.

Reconnaître la naissance. Exister.

Mais au-delà de vouloir que les ‘’autres ‘’ vous reconnaissent, il y a besoin de sens. Un sens à. Un sens à ça, un sens à ce que vous faites, à pourquoi vous le faites, enfin, ultime question : ceci a-t-il un sens ?

Exister est un fléau. Donner du sens est encore pire.

Un sens à quoi ? Faire un enfant, fonder une famille, être conseiller administratif pour changer la vie de ses concitoyens, informer la population, s’engager pour la sauvegarde des espèces protégées, être amoureux, espérer qu’on nous aime, à fumer le cigare place du bourg-de-four, à s'engager dans l'écologie libérale,  être une rock star, être désirable, prouver que son couple va bien en faisant l’amour « au moins une fois par semaine » ?

Un sens à quoi ? A celui qui crève pour rien. A qui crève pour quelque chose. A sauver ça, à prendre soin de ci, à vouloir ça, à ne « plus jamais vouloir ci », pourquoi il est parti avant nous, pourquoi nous a-t-elle quitté avant Noël, pourquoi elle l'a perdu, pourquoi a-t-elle décidé de ne pas le garder. Un sens à quoi? A réussir sa vie.

Rien n’a de sens, sauf si vous êtes croyants.

Rien n’a de sens, sauf si vous l’en accordez.

A ça. Rien. On devrait tous apprendre à vivre sans. Sens. Mais ce serait nier. La naissance.

 

 

Les commentaires sont fermés.