04/11/2010

La Guerre des Etoiles

pic.jpgÉditorial à la manière de la Guerre des Étoiles (Radio Cité Genève, 4 novembre 2010),

Cet éditorial étant une œuvre de fiction: toute ressemblance avec la réalité est à imputer à cette dernière.

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine se trouve une toute petite république luxuriante, mais en proie à une guerre civile, quasi intestinale. Cette république est dirigée par un Empereur, lui-même accompagné d’un homme de main : Dark Vador.

Tous deux maîtrisent le côté obscur de la Force.

Hier, l’Empereur a décidé de déplorer une décision de justice. En d’autres termes, a usé de son don maléfique pour inviter avec insistance le pouvoir judiciaire à continuer à pourchasser les infâmes rebelles. Il est vrai, qu’à 11 mille francs le rebelle, l’enjeu en vaut la chandelle. L’Empereur maîtrise le côté obscur de la Force mais pas la séparation des pouvoirs.

Parce que l’Empereur est Empereur, il n’a pas à s’immiscer dans le pouvoir judiciaire. "Il eut été préférable qu’il y envoie son avocat, Maître Yoda".

A défaut de violer la séparation des pouvoirs, il aurait au moins pu faire semblant.

L’Empereur n’en est pas à son coup d’essai. Il s’en était également pris à ce peuple de petites bestioles pleines de poils et horriblement effrayées à voir un étranger fouler leur terre, j’ai nommé : les Wookies. Le démoniaque Empereur avait fait censuré leur affiche, la ressemblance de l'Empereur avec un mystérieux révolutionnaire est trop flagrante.

L’Empereur maîtrise le côté obscur de la Force mais également le bon goût, MAIS toujours pas la séparation des pouvoirs.

Et puis l’Empereur a décidé d’améliorer sa côte de popularité. Avec son plus fidèle ami, le Chancelier Palpatine qu’il a réussi à placer à la tête de la présidence d’un Conseil d’Administration d’un gigantesque entrepôt, l’Empereur manigance, complote et conspire la création d’une pharaonique boîte de nuit. Et pire encore, une boîte de nuit pour les jeunes.

L’Empereur maîtrise le côté obscur de la Force mais également l'amitié longue et durable.

Dans le même temps, un autre vilain personnage, Jabba le Hut, une affreuse limace, jalouse d’apprendre la nouvelle, décide de réagir. Bien que d’origine chrétienne, mais libéral-compatible, Jabba le Hut s’acoquine de Princesse Leia, celle qui promet la création de beaucoup de logements d'un coup de baguette magique dans la République. Pour tous deux, eux aussi, il faut créer une boite de nuit glamour sous un pont.

Jabba le Hutt maîtrise lui aussi le côté obscur de la Force mais également le travestisme.

Vous l’aurez bien compris, il s’en passe des choses dans cette toute petite République.

On ment, on magouille les chiffres, on vole la femme de l’autre, on s’adonne au copinage, on utilise, pour certains la force heureusement, pour d’autres, son côté obscur, on fait appel à l’article 124 de la Constitution, on répand des rumeurs, on prêche le faux pour obtenir le vrai, on censure, on se travestit.

La République devait être le monde des Lumières, elle restera pourtant définitivement dans les Ténèbres.

Restera au final, un con qui aura à payer 11 mille francs. Vous me direz, c’est à peu près le prix d’un Mathusalem de champagne dans une boite de nuit, rive droite ou rive gauche.

Mais à ce prix là, me direz-vous, qu'importe la rive tant qu'on a l'ivresse.

Les commentaires sont fermés.