26/10/2010

La Bise Noire

1920221749_1.jpgÉditorial à la manière d’Amélie Poulain

En clair tout ce qui sera dit, relève de la pure spéculation.

Samedi dernier 23 : 27 : grande première à Genève, une boite de nuit alternative décide de fermer ses portes. Non, elle n’encaissera plus un sou avant que d’autres lieux culturels soient ouverts. L’Usine invite même ses fidèles habitués à se rendre au Java, hôtel Kempinski… Olivier Jornot, député libéral et fidèle défenseur des clubbeurs quitte son squat, monte dans sa deux-chevaux pour protester ! Pas question de mettre un seul pied dans cet endroit de débauche. Il résilie de suite, son abonnement au fitness de l’hôtel, troque son costume d’avocat pour une combinaison en latex de super-héros et fonce à la place neuve pour tagger la statue du Général Dufour.

A la même heure, un autre avocat, Soli Pardo hume l’odeur de son café-pomme, humidifie ses lèvres pour coller une photo de Mouammar Kadhafi sur les affiches MCG qu’il compte bien coller dans la nuit. La nouvelle recrue du parti ni-gauche ni-droite finira par regarder, en larmes, la finale de Secret Story, enregistré la veille sur son disque dur offert gracieusement par BlueWin.

Dimanche, 14 : 09, Michel Chevrolet, fatigué lui-aussi de sa manif de la veille se demande ce qu’il pourrait bien faire à Genève. « Genève, ville morte », lui répondent en chœur ses amis. Il décide donc de rester dans son pauvre triplex, caressant de la main droite son bulletin d’adhésion au parti libéral.

Dans le même temps, Boris Drahusak, candidat vert au Conseil Administratif de la Ville de Genève, aiguise ses couteaux, affute la pointe de son piolet et jure sur Gaïa, déesse de la Terre, qu’il ne remettra plus à demain son entrée dans la course à l’accession à la Mairie de Genève.

Dimanche toujours, 18 : 35. Manuel Tornare promène son chien Capsule sur la plaine de Plainpalais et peste contre toutes ses crottes qui salissent ce si joli revêtement de gohrr importé de France. « 12 millions », se dit-il… « le bon marché est toujours trop cher », finit par conclure l’ex-Maire de Genève, mais toujours Maire à Shangaï.

Dimanche soir, 23 : 57. Pascal Décaillet est toujours debout. Entre deux portions de fromage du Val de Bagnes et un poème de Verlaine, il continue à envoyer des sms à Christophe Darbellay, président du parti démocrate-chrétien. Le journaliste finira par s’endormir aux alentours de 04 : 16 du matin, le nez collé à la page 823 de la biographie de Charles De Gaulle.

Lundi matin, 07 : 55, une gestionnaire de l’UBS débarque dans les studios de Radio Cité. On la confond avec notre comptable ! Pas de bol, c’est la nouvelle présidente de l’UDC genevoise. Une présidente tellement en retard qu’elle n’entend même pas le fantastique édito du jour. Au final, on n’aura pas de quoi la faire réagir aux critiques sous la ceinture que nous avons lancé à 07 : 53.

Et puis tout s’accélère. Lundi 12 : 15, le Ministère public de la Confédération n’a jamais autant été rapide pour annoncer qu’il séquestrera les affiches du MCG. Eric Stauffer, président du même parti, imite le rire de la hyène, il a réussi son coup ! 15 : 29, un conducteur de Ferrari finit dans le décor, 10 minutes plus tard, un détenu de Champ-Dollon mord un gardien, et les médias parlent de bombe à retardement pour qualifier la prison… on aura jamais autant craint les morsures qu’hier 15 : 55.

Et puis ce beau soleil grisâtre d’automne s’est enfin couché derrière le jura. Enfin, arrivé à la maison, on a pu respiré.

Loin des ricanements des hyènes, des sms assassins, des réseaux sociaux menteurs, des problèmes de déjections canines ou encore des aimables politiciens, on a osé demandé : et toi, ta journée ?

On nous a répondu : tu as vu cette bise noire aujourd’hui !

Bookmark and Share

Les commentaires sont fermés.