06/09/2010

En clair

img_L-enfant--le-chat-et-la-colombe--1964_Robert-DOISNEAU_ref~PL169_mode~zoom.jpgÉditorial Radio Cité Genève, lundi 6 septembre 2010

En clair.
Peut-on être flic et député au Grand Conseil?

La nouvelle est passée presque inaperçue dans la presse, pourtant notre très chère assemblée constituante aura tranché.

En clair, par 36 voix contre 32, la Constituante décide d'obliger les députés fonctionnaires à démissionner de leur fonction le temps de leur mandat.

But visé: la séparation des pouvoirs. Rassurez-vous, ô fonctionnaires, l'État est magnanime, il promet de faciliter votre réinsertion professionnelle.

En clair, petit député, tu auras bien travaillé. De me fâcher, tu auras évité. La place réservée, tu auras gagné. Enfin si j'ai bien compris les règles de la politique.

De préciser que la Droite aura fait penché la balance, je ne m’y risquerai pas.

Me faire traiter de sale journaliste de Gauche ne figure clairement pas dans mes résolutions 2010.

Je le disais, la nouvelle est passée presque inaperçue. Une invisibilité médiatique à la hauteur de l’intérêt que porte la population pour la Constituante.

En clair, ils s’en foutent.

A vous entendre, vous les 36 constituants votants l’incompatibilité des fonctions, et si je vous ai bien compris.

Le flic, l’enseignant, l’éboueur, ou encore la guichetière à l’office Cantonal de l’Emploi pourrait favoriser le milieu d’où elle vient. Au contraire, l’avocat, le médecin privé, le garagiste, le vigneron, lui, ne peut pas.

A vous entendre, le flic, l’enseignant, l’éboueur ou encore l’assistante sociale, pourrait se prononcer sur un sujet qui la concerne personnellement, et hypothétiquement influencer le cours de son destin et de ses collègues…

Au contraire, le banquier, le restaurateur, le journaliste, ou le directeur d’une agence de communication, lui n’y pense même pas.

En clair. Modus Tollens. Seul expression compliquée de cette réflexion.

Un fonctionnaire cantonal X doit quitter la fonction publique, parce qu'il est susceptible d’être partial. Or si Y n’est pas fonctionnaire, alors Y est partial? La conclusion est évidemment fausse.

Je comprends bien pourtant la nécessité de se prévenir du favoritisme, du conflit d’intérêt, des accointances, de la politique du copinage mais de grâce, Messieurs et Mesdames les constituants, ne venez pas me parler d’impartialité. En clair.

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.