09/06/2010

Mais Monsieur, pensez à ouvrir un bar!

22.jpg

8 juin 2010,

A la question, mais Monsieur, pourquoi voulez-vous tant faire ce métier?

Les secondes avaient alors parues des heures, la tonne avait remplacé le grave aux Archives de France.

Sueur au front, ou mors aux dents, Antoine Lavoisier finira guillotiné. Yeux ulcérés, l'écume aux lèvres, Antoine (prénom fictif) se devait de répondre à P.N. (prénom tout autant fictif).

Faire un métier? se dit-il dans élan qui finira par le perdre. Faire?... Accomplir une action? Avoir l'air? Antoine n'allait sûrement pas discuter de la transitivité du verbe, son protagoniste attendait déjà la réponse.

Un héros distribuant héroïne au ciguë-dépendant. On aurait dit Ajax, aveuglé par Athena, massacrant le bétail de l’armée achéenne en croyant s’en prendre à ses guerriers.

Antoine finit de s'achever en expulsant: "parce que j'aime les gens".

"Mais Monsieur, pensez à ouvrir un bar!"

Le silence fut de plomb. Les années remplacèrent les secondes, une plume la tonne.

Aphone, Antoine regagna son reflet. A force d'avoir d'avoir le dos tourné, P.N. ne vit que son ombre.

 

"parce que j'aime les gens" répondit-il encore trois ans plus tard. P.N., lui, continue de faire.

 

Commentaires

SALUT OLIVIER

RAVI DE TE RETROUVER SUR LES BLOGS TDG.


Un coucou depuis le SENEGAL

SALAM

Écrit par : NDOYE GORGUI | 09/06/2010

Les commentaires sont fermés.