12/09/2009

La vacuité comme programme politique

doisneau_sidelong_glance-1.jpg12 septembre 2009,

J-4.

Le temps ne m'a pas donné raison. Le quotidien de couleur PDC n'a pas fait d'article sur les accointances Lüscheriennes (attention, ne jamais omettre le très germanique Umlaut) et la brillante étude d'avocat genevoise.

Certes. J-4 disais-je. Ils sont trois, tous beaux et fiers. Un petit tessinois n'hésite pas se proposer volontaire au combat, mais personne n'en veut.

On parle de langue, on parle de romandicité, de latinité, on parle de sexe. Oui de sexe. Ou de genre, c'est selon. Voyez-vous, deux femmes genevoises au Conseil Fédéral n'est pas du tout du goût de la classe politique.

On parle de ski nautique, ou de vacances aux Seychelles. On parle d'un jeune politicien "frais" qui pourrait voler des voix à son double de ticket... et du coup,  on parle d'un ours qui pourrait en profiter pour dérober un siège.

On parle d'alliances, de stratégies, des conditions du PS à : qui de nous trois est le plus "UDC-compatible"?

On parle on parle on parle.

A part notre sénior ours fribourgeois qui timidement du bout de ses lèvres a osé esquissé une sorte de programme polaroïd, il ne me semble pas avoir entendu beaucoup de contenu. Pas même dans ma petite lucarne... pourtant, avais-je bien sur les nez mes lunettes infra-rouges?

Finalement, la vacuité comme programme politique, c'est tout de même bien pratique. Le poisson s'est finalement noyé dans son sang.

01/09/2009

Le navire sans capitaine... ou sans équipage, c'est selon.

 

ws images Vis Arts 03 McCullin factory.JPG

 

 

Premier septembre 2009,

Un anniversaire. Une révolution. La révolution libyenne. Quarante années. A Tripoli, on festoie dignement. Les petits suisses attendront.

Bonne nouvelle, jamais autant des bagages n'auront aussi bien voyagé. Business Class dans un Falcon du Conseil Fédéral. Sabrons le champagne, à huit mille francs l'heure, les bouchons seront nombreux à voltiger dans les airs.

Enfin.

Des questions. Incorrects.

Retenus en Libye en 2008 ou retenus à Beyrouth en 1985... tous otages?  Jamais la langue française n'aura été aussi pauvre. J'aurais préféré "séquestration".

J'attendais l'article du quotidien orange. Il n'est pas venu. Encore une question: peut-on être Conseiller Fédéral et partager l'étude d'un homme qui défend les intérêts libyens? Vous le savez, ce n'est qu'une question de temps.

Enfin. Il n'attendait que cela. La Suisse le lui donne sur un plateau d'argent.

"Saisie de larmes et de stupeur, la Nation les interpelle, elle demande: mais qui donc êtes-vous?"

On le lâche, on l'abandonne. On nous avait dit un jour: ne lave jamais ton linge sale en public.  Ils l'ont fait. Ils le font.

Elections en vue? Peut-être.

A choisir un navire sans capitaine, ou sans équipage.... j'ai fait mon choix.